Manifestation des déplacés du PK3 de Bria contre la présence de la Minusca.

Un individu, encore non identifié, a vandalisé, ce jeudi soir, la stèle des soldats Africains. Le Maire de Sarcelles a porté plainte.
Poste de contrôle des forces de la Minusca à l’entrée du site des déplacés du PK3 de Bria. Crédit photo : Moïse Banafio / CopyrightCNC.

 

Les déplacés du site du PK3 de Bria ont manifesté contre la Minusca.

 

Bria (République centrafricaine) – Ils ont été nombreux à des cendres dans la rue ce samedi 30 novembre, quarante-huit heures après la fin de trois jours de ville morte décrétée par le FPRC,  pour manifester leur mécontentement contre la protection des Casques bleus de la Minusca qu’ils considèrent comme des fauteurs de trouble.

 

« Ces casques-bleus sont ici dans le camp pour semer de la zizanie entre nous et non pour sécuriser les déplacés comme ils le disent …», s’exclame un manifestant visiblement très en colère contre les troupes de la Minusca.

Les miliciens Anti-Balaka, qui ont subi d’énormes pertes après l’opération du démantèlement de leur poste par les forces de la Minusca dans le camp des déplacés du PK3, ont été accusés d’être à l’origine de cette manifestation qui a réuni plusieurs dizaines des déplacés ce samedi 30 novembre.

Pour les manifestants, il est temps qu’on procède au remplacement de tous les  Casques bleus de la Minusca sur le site des déplacés du PK3 par des soldats FACA déjà présents à Bria.

Justement, sur ce point, une dizaine des soldats FACA, qui sont intervenus sur place pour engager des pourparlers avec les manifestants, ont été bloqués par ces derniers qui exigent désormais leur protection contre celle des Casques bleus de la Minusca.

Finalement, tout est rentré dans l’ordre et les FACA ont réussi à quitter le site quelques heures plus tard après des négociations.

Pour rappel, Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Koto,   déclarée ville morte durant trois jours par le FPRC, est sous tension permanente ce dernier temps avec des rumeurs d’une attaque imminente des miliciens Anti-Balaka contre les positions du FPRC dans la ville.

 

Moïse Banafio

Copyright2019CNC.