Mali : un Casque bleu et quatre autres blessés dans deux attaques

Publié le 20 mai 2019 , 1:55
Mis à jour le: 20 mai 2019 1:55

 

 

La mission onusienne au Mali a été la cible de deux attaques distinctes, faisant un mort et trois blessés parmi les Casques bleus, a rapporté l’Organisation des Nations Unies dans un communiqué.

Selon la Mission intégrée des Nations Unies pour la stabilisation du Mali (Minusma), les deux attaques ont eu lieu samedi à Tombouctou dans le centre et à Tessalit dans le nord-est.

La Minusma a précisé qu’un Casque bleu de nationalité nigériane a succombé à ses blessures « à la suite de l’attaque armée menée par des assaillants non identifiés à Tombouctou ».

Un autre soldat de la paix nigérian qui a été blessé dans la même attaque, précise la Minusma.

La mission onusienne a également fait savoir que « trois soldats de la paix tchadiens ont été blessés lorsque leur véhicule protégé contre les mines a heurté un engin explosif improvisé à Tessalit, dans la région de Kidal.

Aucun autre détail n’a été donné à propos de ces deux attaques.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a condamné les deux attaques et appelé les autorités maliennes « à prendre rapidement des mesures pour identifier leurs auteurs et les traduire rapidement en justice».

« Les attaques visant des soldats de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre au regard du droit international », a-t-il encore affirmé, réitérant la solidarité de l’Onu avec le gouvernement et le peuple maliens.

Pour rappel, la Minusma fut créée en avril 2013 par la résolution 2100 du Conseil de sécurité de l’Onu.

La Minusma a pour mission « d’appuyer le processus politique et de réaliser un certain nombre d’activités de stabilisation concernant la sécurité »

Elle doit «protéger les civils, surveiller les droits de l’homme, mettre en place les conditions indispensables à l’acheminement de l’aide humanitaire et au retour des déplacés, à l’extension de l’autorité de l’État et à la préparation d’élections libres, ouvertes à tous et pacifiques ».

Ses effectifs ont dépassé les 15 mille hommes en 2019, dont 13 mille militaires, 1900 policiers et 1600 civils nationaux et internationaux.

 

©AA