L’état d’urgence prolongé de quatre mois dans le nord et l’est

Publié le 13 septembre 2019 , 9:40
Mis à jour le: 13 septembre 2019 4:52
 

Le parlement tchadien a prorogé l’état d’urgence instauré par le président Idriss Deby Itno de quatre mois dans des régions en proie à des combats meurtriers entre communautés, a indiqué vendredi à l’AFP le président d’une commission de l’Assemblée nationale.

 

Le ministre de la Justice, Djimet Arabi, avait annoncé à l’AFP mardi, le jour du vote, que le Parlement avait prolongé l’état d’urgence de trois mois dans les provinces du Sila et du Ouaddaï dans l’est et du Tibesti dans le nord.
“Initialement, le gouvernement a demandé une prorogation de trois mois mais, séance tenante, il a demandé qu’on ajoute un mois pour aller à quatre mois”, a expliqué vendredi le président de la Commission de la politique générale, des institutions, des lois et des affaires judiciaires de l’Assemblée nationale, le général Routouang Yoma Golom. “Donc, nous avons accédé à cette demande de proroger l’état d’urgence pour quatre mois”, a-t-il ajouté.
Le président Idriss Déby Itno l’avait décrété mi-août dans le Sila et le Ouaddaï, après des affrontements meurtriers entre communautés d’éleveurs nomades et de cultivateurs sédentaires, qui avaient fait plus de 50 morts en quelques jours.

 

Le chef de l’Etat avait également instauré l’état d’urgence dans le Tibesti, frontalier avec la Libye, où opèrent des orpailleurs illégaux et des rebelles tchadiens
L’accord du parlement, qui était nécessaire pour prolonger l’état d’urgence, et au sein duquel Idriss Deby dispose d’une écrasante majorité, a été obtenu mardi avec 115 voix pour, aucune contre et deux abstentions.
Une prolongation était nécessaire “compte tenu de la saison des pluies qui rend certaines zones non accessibles” pour l’armée et qui devrait s’apaiser à la fin du mois de septembre, avait indiqué à l’AFP le ministre Djimet Arabi.
Pour expliquer les violences qui secouent son pays, le président Déby avait incriminé notamment l’afflux d’armes venues de pays frontaliers du Tchad. En Libye, en Centrafrique ou au Soudan, de violents conflits engendrent la multiplication des armes.
Dans l’est, les tensions s’expliquent aussi par la sécheresse et la pression démographique.
Ces situations conflictuelles entre éleveurs et cultivateurs se retrouvent dans plusieurs autres pays africains, dont le Nigeria et la Centrafrique voisins du Tchad.
La mesure avait cependant inquiété des acteurs de la société civile et des défenseurs des droits humains.

 

“L’état d’urgence donnera un pouvoir illimité aux forces de l’ordre dont les abus de pouvoir et les violations des droits de l’Homme sont susceptibles de compliquer la situation”, avait estimé le président du Centre d’étude pour la prévention de l’extrémisme au Tchad, Ahmat Yacoub Dabio.