Les mois prochains s’annoncent difficiles pour les salaires des fonctionnaires de l’État en Centrafrique

Publié le 16 novembre 2021 , 8:08
Mis à jour le: 17 novembre 2021 12:08

 

Bangui, 17 nov. 21 (Corbeaunews – Centrafrique ) – Les signes précurseurs commencent à se faire sentir, mais le gouvernement tente de rassurer. Selon plusieurs cadres au ministère des Finances et du Budget, les capacités financières de l’État centrafricain à faire face à ses dépenses régaliennes  s’épuisent. Avec la perte de sa capacité fiscale autonome, l’État centrafricain se retrouve aujourd’hui face à des difficultés de trésorerie.

Immeuble du trésor public Centrafricain. Credit photo, Fred Krock, copyrightCNC.
trésor public Centrafricain. Credit photo, Fred Krock, copyrightCNC.

 

D’après les mêmes sources, le mois dernier, c’était grâce à la banque des États d’Afrique centrale (BEAC) que le paiement des salaires des fonctionnaires avait été effectué. Mais pour les mois prochains, tout porte à croire que les choses sont devenues de plus en plus compliquées et difficiles.

Selon certains députés de la majorité, les recettes douanières, qui représentent près d’un tiers du budget de l’État centrafricain,   ne sont plus à son niveau d’avant. Elles sont détournées en bonne partie par des mercenaires du groupe privé PMC Wagner, ce qui pousse les principaux bailleurs de fonds de la République centrafricaine, notamment les institutions de Bretton Woods et l’Union européenne qui ont rapidement conditionné certains décaissements clés de leur aide au bon fonctionnement de l’administration centrafricaine à l’arrêt de cette coopération russe dans la collecte des recettes douanières. Or, les finances publiques centrafricaines étant plus que jamais dépendantes de l’appui des bailleurs de fonds internationaux. C’est ainsi que cette coopération douanière a été stoppée nette le 6 octobre dernier par le nouveau ministre des Finances Hervé Ndoba.

Mais deux semaines plus tard, un nouvel accord de collaboration entre le ministère des Finances de RCA et la société russe « SJ Amiko » représentée par madame Svetlana Emilianova prévoit un nouvel accompagnement russe aux douanes centrafricaines. Ainsi, et ce malgré les pressions des bailleurs de fonds internationaux, les partenaires russes ne semblent de facto pas résignés à relâcher leur étreinte sur la capacité fiscale de l’État centrafricain…

Pour de nombreux Centrafricains, c’est le chef de l’État Faustin Archange Touadera  qui est personnellement à l’origine de cette faillite du trésor public centrafricain.

 

Par Anselme Mbata

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher