les hôpitaux débordés par les blessés des manifestations contre les soldats de l’ONU

Publié le 17 avril 2021 , 7:42
Mis à jour le: 17 avril 2021 2:42

Nord-Kivu: les hôpitaux débordés par les blessés des manifestations contre les soldats de l’ONU

Bangui ( République centrafricaine ) – Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) s’est inquiété samedi de “l’afflux de blessés par arme” dans les hôpitaux de la province du Nord-Kivu, après les manifestations contre la mission de l’ONU qui ont secoué cette région de l’est de la République démocratique du Congo.

“Plus de 120 personnes blessées” sont prises en charge à l’hôpital général de référence (HGR) de Beni et à l’hôpital CBCA Ndosho de Goma avec le soutien du CICR, a indiqué cette organisation humanitaire dans un communiqué./////////////.

Au 14 avril, les équipes médicales “suivaient 51 personnes blessées par armes, hospitalisés à l’HGR de Beni dont 9 nouveaux cas liés aux récentes manifestations” dans la zone, a-t-on expliqué./////////////.

“Actuellement, nous avons atteint nos limites en capacité d’accueil à l’HGR de Béni qui compte 43 lits et sommes presqu’à terme pour l’Hôpital CBCA Ndosho de Goma qui en a 74. Les équipes sont mobilisées depuis plus d’une semaine pour répondre à cet afflux”, a expliqué Kelnor Panglungtshang, chef de la Sous-délégation du CICR à Goma./////////////.

Selon ce responsable, le nombre de blessés hospitalisés a explosé à la suite de manifestations dans plusieurs localités du Nord-Kivu, depuis le début de la semaine./////////////.

Ces manifestations, associées à une grève générale dans plusieurs villes (Beni, Butembo, Goma…), ont été organisées à l’appel des groupes de pression et des mouvements citoyens dénonçant l’inaction de la Mission des Nations unies (Monusco) face aux massacres de civils dans la province du Nord-Kivu./////////////.

En début de semaine, le gouverneur de province a interdit toute manifestation, alors qu’une dizaine de personnes ont été tuées lors d’affrontements avec les forces de l’ordre au cours de ces rassemblements au Nord-Kivu depuis le lancement de cette mobilisation le 5 avril./////////////.

Le décret du gouverneur est considéré comme “nul”, selon Lucha, un groupe de défense des droits des citoyens. “Nos manifestations continuent”, a tweeté mercredi ce groupe à but non lucratif./////////////.

“Les jouisseurs de la Gombe (quartier administratif de Kinshasa, ndlr) ne prennent pas au sérieux les priorités du peuple congolais notamment l’insécurité à l’Est et le social. La réalité sur terrain est éloquente, le dire n’est pas un crime”, a écrit Lucha dans un autre tweet./////////////.

La région du Kivu, où sévissent une centaine de groupe armés, est en proie à des violences meurtrières depuis 25 ans./////////////.

Pour sa part, la nouvelle cheffe de la Monusco, la Guinéenne Bintou Keita, a effectué une brève tournée dans l’est du pays, où elle a notamment rencontré l’ancien président Joseph Kabila à Lubumbashi./////////////.

Sur le terrain, pourtant, rien n’a changé./////////////.

“Trois personnes ont été tuées et plus de cent maisons incendiées au cours d’une nouvelle attaque vendredi” en Ituri, rapportent nos confrères de Radio Okapi. Toujours selon la radio onusienne, le nouveau ministre de la défense, Gilbert Kabanda Kurhenga, promet de s’attéler à mettre fin aux massacres.

Avec AFP/VOA

{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher