Les Etats-Unis affirment soutenir Tshisekedi contre la corruption

Publié le 22 mai 2019 , 6:07
Mis à jour le: 22 mai 2019 6:07
Le nouveau premier ministre congolais, Sylvestre Ilunga à Kinshasa 20 mai 2019
Le nouveau premier ministre congolais, Sylvestre Ilunga à Kinshasa 20 mai 2019

 

 

Les Etats-Unis ont fait savoir mardi qu’ils soutenaient le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi dans sa “lutte contre la corruption”.

“Les Etats-Unis soutiennent l’engagement du président Tshisekedi de lutter contre la corruption et d’améliorer l’état de droit en RDC”, a déclaré la sous-secrétaire d’Etat adjointe des États-Unis chargée du Bureau international des stupéfiants et de l’application de la loi (INL), Heather Merritt, citée dans un communiqué.

Mme Merrit a visité la RDC ces derniers jours pour “approfondir le partenariat entre les États-Unis et la RDC en matière de sécurité civile et d’état de droit”.

Investi le 24 janvier, le président Tshisekedi a été reçu à Washington par le secrétaire d’Etat Mike Pompeo début avril.

A Kinshasa, l’ambassadeur américain Mike Hammer ne manque jamais de le soutenir. Il a salué lundi “un autre pas en avant dans la démocratie en RDC avec le retour au pays” de l’opposant Moïse Katumbi après trois ans d’exil.

“Je combattrai avec la dernière énergie la corruption, le détournement de deniers publics (…)”, a récemment lancé M. Tshisekedi devant les gouverneurs des provinces, à qui il a demandé un “comportement exemplaire”.

A cette occasion, il s’est déclaré “choqué par les tracasseries administratives, policières et militaires auxquelles fait face à la population”.

Le ministre provincial des Finances de la région de Kinshasa a été suspendu début mai pour avoir contracté des dettes au nom de la collectivité sans passer par l’Assemblée provinciale.

La RDC est l’un des vingt pays perçus comme les plus corrompus au monde, selon l’indice de l’ONG Transparency International.

Avec AFP/VOA