Les douaniers centrafricains plaident pour la sécurisation et la pacification de toute la RCA (Douane)

Publié le 27 janvier 2015 , 11:39
Mis à jour le: 27 janvier 2015 11:39
Directrice de la Douane centrafricaine Madame  Rachel Ngakola
Directrice de la Douane centrafricaine Madame Rachel Ngakola. Photo: Fred Krock pour CNC

Les douaniers centrafricains plaident pour la sécurisation et la pacification de toute la RCA

Bangui – Corbeau News Centrafrique: 27-01-2015.

Seulement ¼ du territoire centrafricain sont accessibles à la Douane centrafricaine ; tandis que le reste est sous contrôle des « forces irrégulières » qui perçoivent impôts et taxes en lieu et place de l’Etat. A l’occasion de la célébration, le 26 janvier 2015, de la Journée internationale des douanes en République centrafricaine, à l’instar des autres pays de la planète, Mme Rachel Ngakola Directrice général des Douanes et droits indirects a plaidé pour la sécurisation et la pacification de toute l’étendue du territoire, condition sine qua non pour augmenter les recettes de l’douane et donc, de ressources de l’Etat. « Nous en appelons, non seulement aux autorités, mais également à tous les centrafricains de quels bords qu’ils soient, de contribuer pour que la sécurité et la paix puissent revenir dans notre pays, afin de permettre son épanouissement. En cela, le redéploiement de l’administration douanière aux côtés de toutes les administrations publiques et privés, ainsi que le retour des fonctionnaires à leurs postes respectifs dans l’intérieur du pays, permettront à la douane de faire plus de recette à l’Etat et de contribuer ainsi à la mobilisation de plus de ressources, en vue du fonctionnement normal de l’Etat. » a déclaré Mme Rachel Ngakola à l’ouverture des manifestations prévues dans le cadre de la Journée internationale des douanes 2015 en RCA sur le thème : sous le thème de « Gestion participative pour tous les acteurs concernés ».

Mais, il ne s’agit pas seulement de fêter, c’était aussi l’occasion pour les douaniers centrafricains de faire une rétrospective de leurs actions menées au cours de l’année 2014, malgré le contexte actuel de crise, mais aussi, il s’agit pour la Direction générale d’entrevoir les perspectives en termes d’actions futures pour le relèvement de la Douane, surtout tant on sait que la place de la Douane reste prépondérante dans l’économie nationale qualifiée jusque-là d’« économie fiscale ».

Mme Rachel Ngakola a situé d’abord sur la vision de la Direction générale sur l’initiative de célébrer cette Journée : « Nous voulons, à travers cette célébration, notamment la porte-ouverte d’aujourd’hui, montrer à nos usagers et nos partenaires, quel travail nous faisons au sein de la Douane et leur montrer également quelles sont nos difficultés. » a-t-elle indiqué. Alors que dans le cadre de cette célébration, d’autres activités comme le match de football ponctué par une coupe ont été organisées bien avant et que la journée du 26 a été consacrée d’abord à une visite sur les différents services de la douane, précisément ceux de Bangui.

Photo équipe de la douane centrafricaine
Photo Douane centrafricaine. Fred krock pour CNC

Ainsi, une visite guidée a conduit les douaniers, les acteurs du secteur que sont entre autres, les commerçants, les gendarmes, les policiers, le personnel des Travaux publics et du Pont bascule, les opérateurs économiques et les voyageurs, ainsi que bien d’autres invités de marque à la Direction générale des douanes et droits indirects, puis au point de recettes du BARC et au service de recettes principales. La visite des Recettes de l’Aéroport initialement prévue a été retirée du fait des nombreux « kidnapping » de ces derniers temps selon la DG. A chaque Recette, le responsable fait le point de la situation suivi de visite des lieux. Faut-il signaler que dans le carnaval, au niveau de la Recette principale au bord du fleuve, le Premier ministre Mahamat Kamoun, accompagné de la Ministre d’Etat à la Défense Mme Marie Noëlle Koyara, ont rejoint les manifestants. Juste histoire de rehausser de leurs présences la célébration, mais également de témoigner de l’intérêt que porte l’exécutif sur les Douanes.

Le soir du 26 janvier a été marqué par la grande conférence-débat présidée par le Ministre délégué aux Finances Célestin Yanéndji en présence de Mme Marie Noëlle Koyara, Ministre d’Etat à la Défense laquelle conférence a réuni quelques centaines de participants à l’hôtel Ledger autour de la problématique des douanes centrafricaines, afin qu’elles soient en mesure de contribuer efficacement à l’économie nationale comme au paravent.

En effet, la douane centrafricaine aujourd’hui, comme toute autre institution du pays, cherche à redémarrer sur de nouvelles bases, étant donné que la crise qu’a connue la RCA toute entière ne l’a pas épargnée. Entre autres difficulté, Mme Rachel Ngakola a déploré la persistance de l’occupation du territoire par des groupes armés non conventionnels qui contrôlent encore les postes de la douane : « Depuis deux ans, par rapport à la situation de notre pays, les ¾ du pays sont occupés des forces irrégulières qui se sont installées sur le territoire et perçoivent indûment les impôts et taxes en lieu et place de la douane, et donc, de l’Etat. » a-t-elle indiqué avant de préciser : « Nous n’exerçons que sur le corridor Beloko-Bangui et une partie de l’Ouest du pays précisément dans la ville de Berberati et ses environs. Même la plupart de nos frontières sont contrôlés par ces forces irrégulières. Malheureusement, cela a eu des conséquences graves sur nos recettes qui ont drastiquement chuté aujourd’hui. »

Somme toute, l’organisation de cette manifestation dans le contexte actuel en RCA aura été un pari remporté par la Direction générale des Douanes centrafricaines. D’où la satisfaction des usagers à l’image de Yves Déssandé Directeur général du CBCA (Commerciale banque de Centrafrique) : « Je suis extrêmement impressionné de la détermination de la Direction générale des Douanes et de tous les douaniers à faire en sorte que la Douane centrafricaine soit véritablement le moteur de l’économie centrafricaine. Il faut les féliciter et les encourager » a-t-il avoué.

Bangui, Fred Krock pour CNC

Aucun article à afficher