Le sergent Élysée Esgupe agressé au quartier Malimaka vient de rendre son âme.

Publié le 4 septembre 2019 , 8:18
Mis à jour le: 4 septembre 2019 8:18
des soldats faca formés par les russes à Berongo photo de eric ngaba
des soldats faca formés par les russes à Berongo photo de eric ngaba

 

 

Le sergent Élysée Esgupe, chef d’orchestre de Commando jazz, qui avait échapper de justesse à son assassinat dans la nuit du mardi à mercredi 31 juillet dernier au quartier Malimaka vient de rendre son âme, a-t-on appris de source hospitalière

 

Selon une source proche de l’état-major des armées, la mort clinique du sergent Élysée Esgupe  a été déclaré à l’hôpital communautaire de Bangui par les médecins, ce mercredi 4 septembre peu avant la fin de soirée, après avoir fait un malaise d’une heure due à sa dernière agression, selon le rapport du médecin.

 

Pour rappel, l’agression du regretté sergent s’était produite aux environs de 24 heures à l’entrée de la rue du Professeur Abel Goumba au quartier Malimaka, non loin du siège du parti présidentiel MCU, dans le cinquième arrondissement de Bangui, capitale de la République centrafricaine.

Selon nos informations, le sergent Élysée Esgupe, qui revenait de l’hôpital pédiatrique après avoir rendu visite à  son neveu malade, avait été attaqué en premier par les assaillants avec des coups de pilon sur sa nuque alors qu’il roulait tout doucement avec sa moto.

Tombant au sol, il résistait à ses agresseurs qui ont fini par s’évaporer dans la nature après quelques minutes de bagarre.

Perdant connaissance après son agression, le sergent a été transporté d’urgence à l’hôpital par un passant qui l’a retrouvé allongé à terre à côté de sa moto qui n’a pas été emportée par les assaillants.

Son bilan sanitaire présentait des fractures sur ses mâchoires avec quatre dents arrachées.

Voilà un mois après son agression, monsieur Élysée Esgupe  vient de rendre son âme et laisse derrière lui une famille qui va devoir s’adapter à son absence pour l’éternel.

 

Copyright2019CNC.