Le préfet de la Ouaka,  Monsieur Victor Bissekoin  , soupçonné d’avoir fait un obstacle au désarmement d’une partie des rebelles de l’UPC

Publié le 17 août 2021 , 7:48
Mis à jour le: 17 août 2021 7:48

 

Bangui, République centrafricaine, mercredi, 18 août 2021, 03:41:48 ( Corbeaunews-Centrafrique ). L’homme était un fonctionnaire retraité  du ministère de l’Agriculture et chef de quartier du chef de l’État à Boyrabe.  Nommé préfet de la Ouaka par son voisin Faustin Archange Touadera, Monsieur Victor Bissekoin a plusieurs fois été mis en cause dans des affaires de discrimination ethnique et raciale. Cette semaine, l’homme est à nouveau embourbé dans une nouvelle affaire de désarmement d’une partie des rebelles de l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC).

5 combattants de la seleka avec leurs armes
Les combattants rebelles de l’UPC.

 

En effet, la semaine dernière, plusieurs dizaines des rebelles de l’UPC qui rodent aux alentours de la ville de Bambari, chef-lieu de la préfecture de l’Ouaka, ont envoyé un médiateur  pour aller rencontrer Monsieur Victor Bissekoin  afin que celui-ci plaide leur sort auprès des mercenaires russes  qu’ils veulent désormais déposer leurs armes. Mais Monsieur Victor Bissekoin,  lors de la rencontre avec ce médiateur peul, préfère rejeter en bloc la proposition des rebelles.

« Ici dans l’Ouaka, les Peuls sont déjà nombreux. Et il est difficile d’en rajouter encore. D’autres Peuls. Il est temps que ça cesse. Les Peuls n’ont plus leur place dans l’Ouaka », a déclaré Monsieur Victor Bissekoin  au médiateur des rebelles. Aussitôt, à Bambari, les Peuls n’apprécient  guerre les propos tenus par le préfet Victor Bissekoin, et l’accuse d’avoir tenir des propos racistes envers la communauté peule.

Quant aux rebelles, ils disent avoir entendu la réponse et prennent acte.

Affaire à suivre…..

 

Par Bertrand Yékoua

Journaliste rédacteur

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +236 75 72 18 21

Email : alainnzilo@gmail.com

 

Aucun article à afficher