Le PAM tire la sonnette d’alarme face à l’insécurité alimentaire au Sahel

Publié le 18 avril 2021 , 3:32
Mis à jour le: 18 avril 2021 1:40

 

Le PAM tire la sonnette d’alarme face à l’insécurité alimentaire au Sahel

 

Bangui ( République centrafricaine ) – Plus de 31 millions de personnes en Afrique de l’Ouest et centrale sont menacées par une grave situation d’insécurité alimentaire, selon le Programme alimentaire mondial (PAM). D’après l’agence humanitaire onusienne, cette menace est accentuée par les conflits en cours dans la région et par l’impact socio-économique de la pandémie du nouveau coronavirus.

Ce chiffre est supérieur de plus de 30 % à celui de l’année dernière et représente le niveau le plus élevé depuis près de dix ans, selon le PAM pour qui il est nécessaire d’agir immédiatement.

Les prix des denrées alimentaires sont en hausse dans toute la région. Par rapport à la moyenne des cinq dernières années, les produits locaux ont augmenté de près de 40%. Dans certaines zones, les prix ont grimpé de plus de 200 %.

Cette situation est due en partie à l’impact économique des mesures mises en place pour contenir la propagation du coronavirus au cours de l’année dernière, mais aussi à la baisse des revenus des populations en raison de la réduction des activités commerciales, touristiques, informelles, et des transferts de fonds.

“La flambée des prix met un repas de base hors de portée de millions de familles pauvres qui avaient déjà du mal à s’en sortir”, a déclaré Chris Nikoi, directeur régional du PAM pour l’Afrique de l’Ouest.

Dans bon nombre de localités à travers la région, l’insécurité aggrave encore les choses. D’abord, les agriculteurs abandonnent leurs communautés, ce qui rend certaines denrées rares. Et même pour ceux qui persistent, les frais de transports majorés à cause des risques sécuritaires ont une incidence sur les prix à la vente. C’est le cas dans le Sahel central (Burkina Faso, Mali, Niger), la République centrafricaine ou encore dans les régions du Nord-ouest et du sud-ouest du Cameroun.

“L’assistance alimentaire est peut-être la seule source d’espoir pour des millions de familles. Les besoins sont immenses, et si nous ne parvenons pas à réunir les fonds dont nous avons besoin, nous ne pourrons tout simplement pas y faire face”, a-t-il ajouté.

Pour les six prochains mois, le PAM a besoin de 770 millions de dollars pour ses opérations dans la région. Si ces fonds ne sont pas collectés, les rations seront diminuées pour les personnes dans le besoin, notamment celles qui souffrent de la faim à cause des conflits.

En 2020, le PAM a reçu le prix Nobel de la paix.

Avec AFP/VOA

{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher