Le KNK dénonce l’arrestation à Bossangoa de Monsieur Archimèd OGUÈRE, Président du Conseil Préfectoral du KNK de l’Ouham

Publié le 21 juin 2021 , 8:52
Mis à jour le: 21 juin 2021 8:52

Bangui, République centrafricaine, mardi, 22 juin 2021 ( Corbeaunews – Centrafrique). Dans un communiqué rendu public ce lundi 21 juin 2021 par le parti KNK de l’ancien Président François Bozizé, le Président par intérim Christian Olivier GUENEBEM-DEDIZOUM a annoncé l’arrestation à Bossangoa du Président du Conseil Préfectoral du KNK de l’Ouham Monsieur Archimèd OGUÈRE par les gendarmes. Mais selon le KNK, après son arrestation, celui-ci avait été transféré dans la base des mercenaires de Wagner  pour y être interrogé avant d’être retransféré à Bangui, ou il est incarcéré à la brigade de l’OCRB. À ce titre, le KNK se dit inquiet des multiples pressions, intimidations et autres formes de tortures qu’il a pu ou pourrait subir en vue de lui extorquer des aveux forcés pour justifier les multiples violations de ses droits.    

logo du parti knk

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

RELATIF A L’ARRESTATION A BOSSANGOA

DE L’OUVRIER ARCHIMÈDE OGUÉRÉ

A l’heure où le monde entier découvre les horreurs perpétrées en République Centrafricaine par les mercenaires de la société russe WAGNER venus appuyer les autorités dans la lutte contre les groupes armés, l’arbitraire vient à nouveau de faire une nouvelle victime ce vendredi 18 juin 2021 par l’arrestation à Bossangoa (Ouham) de monsieur Archimèd OGUÈRE, Ouvrier Président du Conseil Préfectoral KNK de l’Ouham.

Ce dernier, père de famille, titulaire d’une charge pastorale et contraint à la clandestinité

comme beaucoup d’autres cadres de notre parti suite à l’entrée des mercenaires de la société russe WAGNER dans la ville de Bossangoa, a dû se résoudre à sortir de son refuge pour subvenir aux besoins des siens. Malgré les risques encourus, car connaissant les nombreux cas d’enlèvements, de tortures ou encore d’exécutions sommaires commis dans la ville et ses environs, il n’eut d’autre choix que tenter de reprendre le cours d’une vie « normale ». C’est à cette occasion qu’il a été piégé et interpellé sur son lieu de travail.

Arrêté par la gendarmerie puis transféré dans le camp des mercenaires de la société russe Wagner, lesquels n’auraient jamais dû être associés à la chaine pénale car n’étant pas auxiliaires de justices, l’Ouvrier Président du Conseil Préfectoral KNK de l’Ouham se trouve à ce jour dans les geôles de l’OCRB à Bangui où il est arrivé ce dimanche 20 juin 2021.

A ce jour, nous nous inquiétons des multiples pressions, intimidations et autres formes de

tortures qu’il a pu ou pourrait subir en vue de lui extorquer des aveux forcés pour justifier les multiples violations de ses droits.

Aussi, une fois encore, le KWA NA KWA prend à témoin les opinions nationales et internationales et attire leur attention sur la poursuite de la persécution et de la traque dont ses militants sont l’objet. Il condamne avec la dernière rigueur cette politique d’exclusion qui ne contribue pas à la recherche de l’apaisement et réclame la libération immédiate de l’Ouvrier Président du Conseil Préfectoral KNK de l’Ouham, monsieur Archimède OGUÉRÉ.

A l’heure où le Président TOUADÉRA affirme vouloir organiser un dialogue dit républicain, le KWA NA KWA s’interroge sur l’exclusion annoncée de certains acteurs de ce dialogue, notamment les groupes armés sans l’action desquels le pouvoir de Bangui aurait continué à rejeter les offres de dialogue comme cela a été fait au cours des deux (2) dernières années.

 

Fait à Paris le 21 JUIN 2021

KWA NA KWA

Pour le Kwa Na Kwa

VII Le Grand Ouvrier President Intérimaire

 

Christian Olivier GUENEBEM-DEDIZOUM

Aucun article à afficher