Le gouvernement entend renforcer les dispositifs militaires dans le Haut-Mbomou

Des soldats FACA à Bangassou. CopyrightCNC.

 

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – La réponse du gouvernement à la conquête du Haut-Mbomou par l’UPC, l’un des groupes signataires de l’Accord de Paix, est le renforcement des dispositifs dans la zone du Haut-Mbomou. L’annonce en a été faite par le Premier Ministre Firmin Ngrebada mercredi 13 octobre du haut de tribune du parlement.

 

Tout indique que malgré les mises en gardes des garants et facilitateurs de l’Accord de paix au groupe armé du chef rebelle Ali Darassa, ces combattants renforcent leur position dans la région avec pour ambition de se répandre à Zemio et Rafaï. De sources bien introduites rapportent que les combattants rebelles de l’UPC sont aujourd’hui une réelle menace pour les autochtones de ces confins extrêmes de la République, abandonnées par tous ceux qui ont dirigé la Centrafrique depuis plusieurs années.

Pour tenter de contenir et d’éviter que les régions du Haut-Mbomou ne soit encore de nouveaux théâtres des violences et d’exactions des hommes armés, car la LRA y a perpétré un vrai ravage, le déploiement des FACA s’avère impérieux pour la sécurisation des populations civiles.

Dans le cadre des questions orales au gouvernement sur la situation sécuritaire dans le Haut-Mbomou mercredi, le Premier Ministre Firmin Ngrebada a annoncé le déploiement prochain des FACA à Bambouti et le renforcement des dispositifs militaires à Obo, « les éléments des Forces Armées Centrafricaines seront présents à Bambouti pour sécuriser la population dans la localité et du Haut-Mbomou en général puisqu’on travaille en même temps sur Obo selon les ordres du Chef de l’Etat », a fait savoir le Chef du gouvernement Centrafricain.

L’attitude de l’UPC, selon Firmin Ngrebada, frôle l’hypocrisie malgré la volonté du gouvernement, « un contact a été établi avec Ali Darassa pour qu’il retire sans délai ses combattants de nouvelles positions qu’ils occupent. Il a donné l’assurance de le faire rapidement », a indiqué Firmin Ngrebada.

Un double langage dénoncé par la mission onusienne en Centrafrique alors que le mercenaire nigérien a promis à trois reprises, le départ de ses éléments de la ville. « Jusqu’à Mardi rien de tel ne s’est produit. La MINUSCA réitère son appel pour que soit mis fin à cette violation de l’Accord Politique pour la Paix et la Réconciliation en RCA », a déclaré Vladimir Monteiro, indiquant qu’un hélicoptère de la Force de la MINUSCA a survolé Bambouti mardi.

Si rien n’est fait dans le sens voulu par le gouvernement et les garants de l’accord de paix« des actions sont envisagées en ce moment pour qu’il obtempère à ces injonctions », a déclaré Firmin Ngrebada sans en dire plus. Et sur le chronogramme du déploiement des FACA, il répond « eu égard au caractère des dispositions en cours, je ne saurais évoquer tous les détails tactiques dans cet hémicycle » conclut-il.

 

Cédric Wa-Gomba

Copyright2019CNC.