Le gouvernement centrafricain rectifie le tir sur la très discutée réforme minière

Publié le 25 octobre 2021 , 11:39
Mis à jour le: 25 octobre 2021 11:39

 

 

C’est un projet qui a fait grand bruit dans le petit monde des miniers centrafricains : la refonte du code minier datant de la fin des années 2000. Afin de mieux lutter contre les fraudes, l’Etat planifiait en effet de nationaliser le négoce de pierres précieuses, en créant une société publique aux très larges prérogatives, Gemmes et minéraux de Centrafrique (Geminca, AI du 14/07/21).

Exploitation minière de la société russe Lobaye Invest à Ndassima, aux environs de Bakala, dans la préfecture de la Ouaka, au centre de la République centrafricaine. CopyrightCNC
Exploitation minière de la société russe Lobaye Invest à Ndassima, aux environs de Bakala, dans la préfecture de la Ouaka, au centre de la République centrafricaine. CopyrightCNC

 

Le projet avait suscité une telle levée de boucliers depuis le mois d’août dernier, notamment dans l’arrière-pays, que le gouvernement avait été contraint de le mettre en stand-by ces dernières semaines. C’est ainsi un nouveau plan qu’a présenté le 8 octobre dernier le président Faustin Archange Touadéra, devant l’Assemblée nationale.

 

A rebours de ce premier plan, la Geminca redevient, dans la nouvelle mouture, un simple bureau d’achat, au même titre que l’actuel Comptoir des minéraux et gemmes (Comigem) qu’elle sera donc amenée à remplacer. De son côté, le fonds minier – censé financer des programmes de recherche – sera renforcé et les coopératives minières deviendront des sociétés conformes au droit Ohada (Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires). Enfin, l’inspection générale des mines, chargée de lutter contre la fraude, doit également être consolidée. Le projet jouit notamment du soutien de l’USAID, l’agence d’aide au développement américaine, et de la Banque mondiale, très active dans le pays.

 

 

Africa Intelligence. Edition du 15/10/2021

 

Aucun article à afficher