« Le Fonds Békou permet à la RCA d’entrer dans le processus de réduction de la mortalité infantile », dixit professeur Jean Chrysostome Ngodji.

Publié le 30 novembre 2019 , 6:50
Mis à jour le: 30 novembre 2019 6:50
Professeur-Directeur du complexe pédiatrique-Jean Chrysostome Ngodji
Professeur, Directeur du complexe pédiatrique, Jean Chrysostome Ngodji le 29 novembre 2019. Crédit photo : Jefferson Cyrille Yapendé/CNC.

 

 « Le Fonds Békou permet à la RCA d’entrer dans le processus de réduction de la mortalité infantile », dixit professeur Jean Chrysostome Ngodji.

 

 

Bangui (Corbeaunews) – Békou,   le fonds fiduciaire européen pour la République centrafricaine, créée  en juillet 2014, a occasionné d’énormes changements dans divers secteurs d’intervention en RCA, tels que la santé, avec la baisse sensible du  taux de mortalité infantile sur le plan national. Passant de 14% en 2014  à 6%, cette réduction a permis à la RCA d’intégrer le processus de réduction de la mortalité infantile. Une satisfaction exprimée par le professeur, Directeur du Complexe pédiatrique de Bangui, Jean Chrysostome Ngodji au cours d’un atelier focus sur le Fonds Békou le vendredi 29 novembre, à la deuxième journée des portes ouvertes de l’Union européenne en Centrafrique.

 

Conçu pour élargir la palette d’instruments du système d’aide européen en République centrafricaine, le fonds Békou a apporté plusieurs améliorations dans le domaine de la santé des Centrafricains, en particulier les enfants et les femmes enceintes qui ont désormais accès aux soins de santé de base dans un contexte où les infrastructures sanitaires ont été sapées par la crise militaropolitique qu’a connu le pays depuis 2013.

Ce programme d’appui sectoriel santé de fonds Békou à des impacts tangibles et positifs, à en croire propos de plusieurs bénéficiaires présents à cet atelier, auxquels le Directeur du complexe pédiatrique, Professeur Jean Chrysostome Ngodji  :  « vous savez, dans les années 90 nous sommes à 9% de taux de mortalité infantile avec les coopérants et après cette coopération s’est effritée, nous sommes arrivés en 2012 avec une dégradation de ce résultat acquis avec 14%. Actuellement, la coopération est revenue de nouveau à travers l’Union européenne et là on a fait mieux avec 6% de mortalité donc l’impact est là, ces résultats sont là. Les enfants meurent moins », a relevé Jean Chrysostome Ngodji.

Il a aussi indiqué que hormis la baisse du taux de mortalité infantile, le Fonds Békou permet aussi d’améliorer les ressources humaines avec la formation de personnel de la santé du complexe pédiatrique de Bangui surtout avec la stratégie du tri d’évaluation et le traitement d’urgence : « quand un enfant arrive à l’hôpital, on a des éléments qui nous permettent de traiter les enfants et grâce au Fonds Békou, le personnel de santé de s’approprier ses moyens en connaissant cette situation permettant de passer les enfants priorités en matière d’accès aux soins. Cet objectif qui nous gouverne désormais et quand les enfants arrivent  on les regarde du point de vue de la gravité de sa maladie, la justice est à ce niveau et non du point de vue des moyens de ses parents  », a-t-il ajouté.

Avec ses partenaires de mise en œuvre, les ONG internationales,  le Ministère de la Santé et de la Population, le fonds fiduciaire européen en RCA continue d’appuyer le domaine de la santé et couvre dix (10) districts sanitaires. Quatre ans après sa création, le Fonds Békou a lancé 16 programmes, qui ont fourni des résultats réels et touchent actuellement plus de 2.500.000 bénéficiaires, soit la moitié de la population centrafricaine.

Il est à rappeler que le Fonds             a vu le jour grâce aux initiatives de l’Union européenne, partenaire de longue date de la RCA, et de ses États membres comme la France, l’Allemagne et les Pays-Bas. L’Italie et la Suisse ne sont pas restées en marge, ils ont rejoint le fonds en 2015.

 

Jefferson Cyrille Yapende

Copyright2019CNC.    

    

Aucun article à afficher