Le député Sébastien Nadot questionne le Ministre des affaires étrangères français sur la situation politique et sécuritaire en Centrafrique

Publié le 16 décembre 2020 , 12:29
Mis à jour le: 16 décembre 2020 12:29

député français Sébastien Nadot

 

Dans une question publiée au Journal Officiel le 15 Décembre 2020, le député Sébastien Nadot alerte à l’Assemblée Nationale M. le Ministre de l’Europe et des affaires étrangères sur la situation politique et sécuritaire en République centrafricaine, gangrénée par la corruption du pouvoir en place et les violences à l’encontre des populations civiles, à l’approche des élections législatives et présidentielles.

 

Des milices armées, dirigées par des chefs de guerre accusés par l’ONU de crimes de guerre et crimes contre l’humanité, contrôlent toujours plus de 80 % du territoire national. L’opération Sangaris a officiellement pris fin en novembre 2016 sans que la situation sécuritaire ne se soit véritablement améliorée. Depuis 2018, la Russie occupe le terrain, installe ses relais, notamment au travers de la société de sécurité privée Wagner, et le régime au pouvoir s’appuie sur le crime organisé pour gouverner et gagner les élections. La France elle-même ne semble pas avoir renoncé à activer ses réseaux pour tenter de contrer l’influence russe grandissante. C’est dans ce contexte extrêmement préoccupant que se dérouleront les prochaines élections présidentielles et législatives fin décembre 2020. Les ingérences françaises et russes et l’absence d’observateurs électoraux laissent craindre un processus électoral fortement biaisé qui sera immanquablement contesté par une grande partie de la population, avec le risque d’une explosion de la violence. Selon les travaux de l’analyste Nathalia Dukhan récemment publiés par l’ONG The Sentry et le think tank l’Atlantic Council, la Russie semble avoir pris une longueur d’avance dans le contrôle du processus électoral, tandis que la France cherche à préserver son influence, notamment en soutenant M. Karim Meckassoua, ancien président de l’Assemblée nationale de Centrafrique, pourtant lui-même fortement impliqué dans des scandales de corruption et de mauvaise gestion des ressources publiques. Dans son discours de Ouagadougou de novembre 2017, le Président Macron a affirmé que le rôle de la France en Afrique est « d’être aux côtés de ceux qui travaillent au quotidien, à rendre la démocratie et l’Etat de droit irréversible. ». Il lui demande d’expliquer la stratégie d’influence de la France en Centrafrique et les actions que la France compte mener afin de garantir le bon déroulement des prochaines élections en République centrafricaine et de lutter contre la criminalité organisée.

 

Sébastien Nadot, est un historien, écrivain et homme politique français, membre du Mouvement des progressistes. En mai 2020, cet ancien député LREM rejoint le nouveau groupe Écologie démocratie solidarité, constitué d’anciens membres du groupe LREM. À l’Assemblée nationale, il se mobilise notamment pour que le droit humanitaire international soit respecté au Yémen, touché par une guerre civile, s’opposant notamment à la vente d’armes françaises à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, qui pourraient être utilisées contre les populations civiles yéménites.

 

 

Aucun article à afficher