L’ASSEMBLEE NATIONALE ADOPTE A 104 VOIX LE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2020

Hémicycle de l'assemblée nationale centrafricaine le 29 novembre 2019. Crédit photo : Corbeaunews.
Hémicycle de l’assemblée nationale centrafricaine le 29 novembre 2019. Crédit photo : Corbeaunews.

 

L’ASSEMBLEE NATIONALE ADOPTE A 104 VOIX LE PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2020

 

Bangui (République centrafricaine) – L’Assemblée Nationale a adopté la loi des finances 2020 à hauteur de 282,98 milliards de FCFA vendredi 29 novembre 2019. Cette loi sera orientée le plus vers le renforcement de la paix, de la sécurité et de la justice, la relance de l’économie, la politique de la bonne gouvernance, la cohésion sociale et l’action humanitaire.

 

Le projet de loi de finances pour 2020 a été adopté par les députés ce vendredi 29 novembre 2019. 104 voix pour, soit 88,13% et 14 contre soit 11,86%, contre le budget de l’Etat pour l’exercice 2020.

A l’entame des travaux, la commission économie, finances et plan pour la lecture de leur rapport a défini les grandes lignes de la loi des finances, «Les orientations du budget 2020 s’inscrivent dans une stratégie de rationalisation des dépenses de l’Etat de façon à promouvoir le bien-être de la population et garantir le fonctionnement optimal des services publics. Aussi, les choix budgétaires du gouvernement sont-ils orientés vers des dépenses de qualité résultant d’une programmation rigoureuse».

Le renforcement de la paix, de la sécurité et de la justice, la relance de l’économie, la politique de la bonne gouvernance, la cohésion sociale et l’action humanitaire sont les priorités de ce budget. Les ressources totales sont estimées à 282,98 milliards de FCFA et les charges totales sont estimées à 293,61 milliards FCFA. Le solde global est donc déficitaire de 10,62 milliards FCFA représentant 0,7% du PIB. Le solde primaire est également déficitaire de 35,74 milliards FCFA, correspondant à 2,4% du PIB.

Il faut signaler que ce budget autorise la suppression des subventions et transferts accordés par le budget général de l’Etat à certains organismes publics à savoir ACER, ACPH, AGDRP, ARSEA, ORGEM, et 100 Logements en raison de leur manque de rentabilité économique et financière.

 

Cédric Wa-Gomba

Copyright2019CNC.