L’ambassade de France APPORTE 2,8 Millions d’euros pour RENFORCEr L’aIDE HUMANITAIRE EN CENTRAFRIQUE

Publié le 25 mars 2021 , 9:11
Mis à jour le: 25 mars 2021 9:11

Drapeau de l'ambassade de France pour le communiqué de l'ambassade de France à Bangui.

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Bangui, le 25/03/2021

 

L’ambassade de France APPORTE 2,8 Millions d’euros pour RENFORCEr L’aIDE HUMANITAIRE EN CENTRAFRIQUE

 

La crise sécuritaire qui affecte la Centrafrique depuis le mois de décembre 2020 a eu de graves effets sur la situation humanitaire des populations les plus vulnérables du pays. Les violences armées ont entraîné d’importants déplacements de population et interrompu l’arrivée de l’aide humanitaire. Cette situation a  en particulier aggravé la malnutrition et accentué les besoins alimentaires essentiels de plus de deux millions de personnes.

Face à cette situation, l’ambassade de France se mobilise pour venir en aide aux Centrafricains touchés par la crise, en apportant 1,836 milliard de francs CFA (2,8 millions d’euros) à des acteurs humanitaires qui peuvent fournir une aide d’urgence dans les zones les plus enclavées. Elle apporte :

–          688 millions de francs CFA au Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), dont 164 millions au profit du Service aérien humanitaire des Nations Unies (UNHAS) ;

–          524 millions de francs CFA au Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ;

–          623 millions de francs CFA au Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

 

Ces financements renforceront en priorité l’aide alimentaire d’urgence. Ils permettront d’apporter une aide aux populations privées d’alimentation par le conflit, de prendre en charge les enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère et chronique et de renforcer les communautés affectées par la violence.

L’ambassade de France salue l’engagement des organisations humanitaires des Nations Unies et des ONG internationales qui assistent les populations vulnérables  en cette période de crise, de manière neutre et indépendante. Elle appelle à ce que les droits des populations civiles et les principes humanitaires soient respectés, que les acteurs humanitaires soient protégés et que l’aide humanitaire parvienne sans entrave à tous les Centrafricains, sur l’ensemble du territoire.

 

 

Aucun article à afficher