La République tchèque expulse 18 diplomates russes accusés d’espionnage

Publié le 17 avril 2021 , 10:00
Mis à jour le: 18 avril 2021 1:44

La République tchèque expulse 18 diplomates russes accusés d’espionnage

Bangui ( République centrafricaine ) – La République tchèque va expulser 18 employés de l’ambassade russe que ses services de renseignement ont identifiés comme des agents des services d’espionnage de Moscou, a annoncé le ministre tchèque des Affaires étrangères samedi.

“Dix-huit employés de l’ambassade russe doivent quitter notre république dans les 48 heures” , a déclaré le ministre Jan Hamacek aux journalistes.

« Des preuves irréfutables »

Le Premier ministre tchèque Andrej Babis a expliqué de son côté que son pays avait « des preuves irréfutables » impliquant des agents du GRU, le renseignement militaire russe, dans une explosion d’un dépôt de munitions qui avait tué deux personnes en 2014. « Nous avons des bonnes raisons de penser que des agents de l’unité 29155 du GRU sont impliqués dans l’explosion d’un dépôt de munitions à Vrbetice », dans l’est du pays, a dit le Premier ministre.

Il a précisé avoir reçu cette information vendredi, sans expliquer pourquoi le gouvernement tchèque n’obtenait ces informations que maintenant. « L’explosion a provoqué d’immenses dégâts matériels et mis en danger les vies de nombreuses personnes, mais elle a surtout tué deux de nos compatriotes », a ajouté M. Babis.

Ces révélations vont « nuire aux relations russo-tchèques », a déploré M. Hamacek, qui venait de prendre par intérim la place de son homologue pro-européen Thomas Petricek aux Affaires étrangères tout en gardant ses fonctions de ministre de l’Intérieur.

L’ambassadeur russe convoqué.

M. Petricek avait été mis à pied lundi par le président tchèque prorusse Milos Zeman après s’être opposé à un recours au vaccin russe contre le Covid-19 Spoutnik V sans le feu vert européen. Social-démocrate pro-européen, M. Petricek avait également critiqué une éventuelle participation de la Russie à un chantier dans le secteur du nucléaire.

« Nous nous trouvons dans une situation similaire à celle du Royaume-Uni au lendemain de la tentative d’empoisonnement à Salisbury en 2018 », a ajouté M. Hamacek en référence au cas de Sergueï Skripal, un ancien agent double qui avait survécu à une attaque des services russes sur le sol britannique. M. Hamacek a précisé qu’il avait convoqué l’ambassadeur russe Alexandre Zmeïevski ce samedi soir.

La Pologne avait annoncé jeudi avoir expulsé trois diplomates russes accusés d’« actions hostiles », après que les États-Unis ont pris des mesures similaires dans le cadre d’une riposte contre une série d’actes imputés à Moscou.

Avec AFP

{CAPTION}

Aucun article à afficher