La MINUSCA travaillera avec détermination pour la mise en œuvre du nouveau mandat

Publié le 19 novembre 2020 , 4:12
Mis à jour le: 18 novembre 2020 11:12

La MINUSCA travaillera avec détermination pour la mise en œuvre du nouveau mandat

Bangui ( République centrafricaine ) – Le nouveau mandat de la MINUSCA, approuvé le 12 novembre 2020 par le Conseil de Sécurité, sera exécuté avec détermination, impartialité et respect des valeurs de l’organisation des Nations unies par l’ensemble du personnel de la Mission, sous la direction du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine, Mankeur Ndiaye. La résolution 2552 (2020) renouvelant le mandat de la MINUSCA jusqu’au 15 novembre 2021 a été au centre de la conférence de presse hebdomadaire de la Mission.

« La MINUSCA travaillera en collaboration avec le Gouvernement centrafricain et tous les partenaires, afin de protéger les populations civiles, appuyer le processus de paix et contribuer à la lutte contre la pandémie de Covid-19 », a indiqué le porte-parole de la Mission, Vladimir Monteiro, soulignant que l’appui à la lutte contre la propagation de la Covid-19 est l’une des nouveautés dans le mandat. /////////////.

Le porte-parole a énuméré les cinq tâches prioritaires « dont la première est la protection des civils », précisant que le Conseil de sécurité demande à la MINUSCA de prendre des mesures actives, en appui aux autorités centrafricaines, pour anticiper, écarter et contrer toute menace visant la population civile. Selon le porte-parole, l’objectif stratégique de la Mission est « d’aider à créer les conditions politiques, de sécurité et institutionnelles qui permettent de réduire durablement la présence de groupes armés et la menace qu’ils représentent à travers une approche globale et une posture proactive et robuste ». /////////////.

Les autres tâches prioritaires du mandat portent sur les bons offices et appui au processus de paix, y compris à la mise en œuvre de l’Accord de paix ; les élections de 2020 et 2021 ; l’aide à la mise en place de conditions de sécurité favorables à l’acheminement en toute sécurité et sans entrave de l’aide humanitaire ainsi que la protection du personnel et des biens des Nations Unies. Par rapport aux élections, le mandat stipule qu’outre l’appui sécuritaire, logistique et opérationnel, la MINUSCA est appelée à offrir ses bons offices, “y compris en favorisant le dialogue entre tous les acteurs politiques, de façon inclusive, afin d’apaiser les tensions durant la période électorale.” /////////////.

La résolution 2552 prévoit d’autres tâches dans le mandat de la MINUSCA à savoir l’appui à l’extension de l’autorité de l’État ; la Réforme du secteur de la sécurité ; le Désarmement, démobilisation, réintégration et rapatriement ; la promotion et protection des droits de l’Homme ainsi que l’action en faveur de la justice nationale et internationale, de la lutte contre l’impunité et de l’état de droit. « Pour exécuter son mandat, la MINUSCA comptera sur un effectif inchangé fixé à 11.650 militaires, 2080 policiers, 108 agents pénitentiaires auxquels s’ajoutent 1624 civils », a indiqué le porte-parole, précisant que les questions de genre et protection de l’enfant devront être pris en compte dans tous les aspects de la mise en œuvre du mandat. /////////////.

Selon le porte-parole, la résolution 2552 du Conseil de sécurité exhorte les autorités centrafricaines et les groupes armés signataires à mettre pleinement en œuvre l’Accord de paix et à régler leurs différends par des voies pacifiques, notamment au moyen des mécanismes de suivi et de règlement des différends prévus dans l’Accord. “La résolution rappelle que les personnes et entités qui compromettent la paix et la stabilité en RCA pourraient faire l’objet de mesures ciblées en vertu de la résolution 2536”, a-t-il précisé. De même, le Conseil de sécurité demande aux autorités de la RCA et des pays voisins de coopérer au niveau régional en vue d’enquêter sur les réseaux criminels et les groupes armés transnationaux impliqués dans le trafic d’armes et l’exploitation illicite des ressources naturelles et de les combattre. “Le Conseil exhorte les commissions mixtes bilatérales associant la RCA et le Cameroun, la RCA et la République du Congo et la RCA et le Tchad à prendre les prochaines mesures dont ils sont convenus pour sécuriser leurs frontières communes”, a renchéri le porte-parole. /////////////.

Sur la situation des Droits de l’homme dans le pays, le porte-parole de la MINUSCA a souligné que la Mission a documenté 20 violations graves des droits des enfants ayant directement affecté 19 enfants. « A Batangafo dans l’Ouham, la MINUSCA a vérifié et confirmé le recrutement et l’utilisation de 16 garçons par les anti-Balakas tandis que dans le village de Boguila, l’enlèvement de trois garçons par des éléments 3R a été vérifié et documenté », a-t-il dit, ajoutant que dans le cadre des activités de plaidoyer, l’unité protection de l’enfant de la Mission engagé un chef du groupe dissident de la LRA, afin de plaider pour la libération des enfants retenus par ce groupe en RCA et en RDC. /////////////.

De son côté, le porte-parole de la Force, le Lieutenant-colonel Abdoul Aziz Fall, a annoncé l’établissement de 29 bases temporaires à l’Ouest de la RCA par les casques bleus de la MINUSCA pour protéger les populations civiles des menaces des groupes armés. Il a ajouté que les soldats de la paix poursuivent sur le terrain, l’appui aux autorités pour un retour définitif de la paix : « Les soldats de la paix ne restent pas dans leurs bases. Dans le cadre de son mandat de protection des civils, la Force a mené un total de 2633 patrouilles notamment avec les FACA, dont 685 nocturnes sur le territoire centrafricain durant la semaine écoulée ». /////////////.

De son côté, la porte-parole de la Police de la MINUSCA, la Capitaine Mazalo Agba, est revenue sur les résultats du concours de recrutement de 1000 éléments dans les Forces de sécurité intérieure, organisé avec le soutien de la MINUSCA. « 980 candidats sont déclarés définitivement admis et sont attendus mercredi dans les différentes écoles pour une communication sur le début de leur formation. UNPOL a pris des mesures en vue du transport des candidats de Birao et d’Obo sur Bangui. A l’issue de leur visite médicale, 20 autres candidats seront retenus en vue d’atteindre l’effectif des 1.000 FSI prévues », a-t-elle dit.

Avec Minusca

Aucun article à afficher