La gouvernance forestière dans sa 3e phase du projet d’appui à la relance du processus de l’APV en RCA  

Publié le 5 décembre 2019 , 8:39
Mis à jour le: 5 décembre 2019 8:39
les cadres du ministère des eaux et forêt, chasse et pêche au lancement de la troisième phase du projet APV sur la gouvernance forestière le 4 décembre 2019. Crédit photo : Jefferson Cyrille Yapendé. CopyrightCNC.
les cadres du ministère des eaux et forêt, chasse et pêche au lancement de la troisième phase du projet APV sur la gouvernance forestière le 4 décembre 2019. Crédit photo : Jefferson Cyrille Yapendé. CopyrightCNC.

 

La gouvernance forestière dans sa 3e phase du projet d’appui à la relance du processus de l’APV en RCA

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – la phase III du projet d’appui à la relance du processus de l’accord de partenariat volontaire (APV) en République centrafricaine a été lancé le mercredi 4 décembre à Bangui afin d’assurer la transparence d’informations forestières et la traçabilité  du bois. Les activités de ce projet seront mises en œuvre par plusieurs structures du Ministère des Eaux, forêts, Chasse et Pêche, le tout sous l’égide de la coordination du Secrétariat Technique Permanent(STP).

 

L’objectif global de ce projet est d’améliorer la gouvernance forestière en RCA par la préparation de la mise en œuvre du système de vérification de la Légalité (SVL), d’une manière spécifique, d’assurer l’implication des différentes entités de l’administration forestière dans le déploiement du Système de Gestion de Base de Données Collaboratif (SGBDC) et de contribuer à la divulgation des informations listées dans l’annexe de cet accord.

Cette nouvelle phase consiste à consolider les précédents acquis, mais également à renforcer la collecte des informations destinées à enrichir la base de données intitulées Système de gestion de Base de Données Centralisée(SGBDC), en vue d’un futur projet plus large qui se basera sur cet outil.

Sylvère Sombo, secrétaire technique permanent de l’APV entre la République centrafricaine et l’Union Européenne sur l’application des règlementations forestières, la gouvernance et les échanges de bois,  explique que la signature de cet accord entre la RCA et l’UE permet de mettre un accent particulier sur la gouvernance forestière :

« la RCA, en signant l’accord de partenariat avec l’UE, a voulu mettre un accent particulier sur la gouvernance forestière, parce que nous avons cette ressource, mais si nous la gérons très mal, ça ne serait pas profitable ni pour le pays, ni pour la génération présente et future », a précisé Sylvère Sombo.

Par ailleurs, il a indiqué les enjeux de ses différents projets qui en découlent depuis 2011, date de la signature de l’APV :

« pour galvaniser cette gouvernance forestière, il a fallu mettre en place certains nombres des projets auxquels nous avons signé l’accord depuis 2011. Malheureusement, la convention de financement avait été suspendue à cause de la crise, mais grâce à l’appui du programme FAO-UE-FLEGT, on a obtenu   depuis 2016 un financement pour mettre en œuvre le projet de relance du processus APV en RCA. Aujourd’hui, nous sommes dans la troisième génération de ce projet », a-t-il ajouté.

La première phase du projet avait débuté en mai 2016, et est arrivée à terme le 18 juillet 2017. Tandis que la deuxième phase, qui avait commencé en 2 janvier 2018, s’est achevée le 31 mars 2019. Le présent projet constitue la troisième phase de cet appui et les deux précédentes phases ont mis en œuvre une base de données collaborative permettant de mettre en synergie certaines structures du Ministère en charge de Forêts afin de communiquer autour de l’APV en rendant publiques les informations.

Dans le cadre de mise en œuvre de ce projet phase III, plusieurs activités seront menées, entre autres, la mise en place de l’équipe du projet, la  sécurisation du  serveur du SGBDC, remise en jour du site internet et organisation de son hébergement, poursuivre l’installation des postes de collecte des données de mouvements de bois et réalisation des émissions et des articles de presse sur le projet et l’APV.

Il est à noter que la durée du projet l’APV, financé par FAO-UE-FLEGT à hauteur de 92, 135 USD soit environ 53.184.192 FCFA et de 12 mois.

 

Jefferson Cyrille Yapende 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher