la censure frappe Koffi Olomide, qui dénonce des « abus de pouvoir »

Publié le 22 septembre 2019 , 2:57
Mis à jour le: 22 septembre 2019 9:51
 

Bangui (République centrafricaine) : 21 sept. 2019 22:57.
L’interdiction porte sur « huit clips vidéo » illustrant des « chansons non autorisées » de Koffi Olomide, d’après un document officiel.
Ils sont interdits de « diffusion » et de « présentation au public », indique une lettre d’une « Commission nationale de censure des chansons et des spectacles » adressée aux chaînes de télévision et aux stations de radio.
Cette commission reproche à l’artiste de ne pas avoir répondu à ses « invitations », dans cette lettre datée du 13 septembre, que l’AFP a authentifiée auprès des services du ministère de la Justice.
« Cette attitude démontre un manque de considération et de civisme de la part de l’artiste qui paraît être récidiviste dans ce genre de comportement », selon le texte.
« Le Congo ne mérite pas une commission de censure », a commenté le musicien congolais le plus connu au monde depuis la mort de Papa Wemba en 2016.
« Je ne suis pas fier de cela en tant que Congolais. La censure artistique a été instaurée par le régime de feu l’ancien président Mobutu » Sese Seko, a-t-il indiqué en recevant l’AFP chez lui à Kinshasa.
« Mais aujourd’hui on est en démocratie », ajoute-t-il en lançant un appel au nouveau chef de l’Etat Félix Tshisekedi, investi en janvier dernier après la première transition pacifique du pouvoir dans l’histoire agitée du pays.
« Il faut qu’il regarde cela un peu de près. Il y a trop d’abus de pouvoir. Nous sommes un peuple majeur », selon Koffi Olomide, dont le vrai nom est Christophe Antoine Agbepa Mumba.
Koffi Olomide a par ailleurs annoncé son retour en France début 2020 pour un concert à La Défense Arena, près de Paris, à une date qui reste à définir.
En mars, Koffi Olomidé avait été condamné par le tribunal correctionnel de Nanterre (ouest de Paris) à deux ans de prison avec sursis pour « atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans ». Le parquet avait fait appel de cette condamnation avec sursis.

©AFP
<:inline inline:></:inline>