Kabo, village Ladji sous tension après l’assassinat d’un commerçant Peul.

Publié le 26 janvier 2020 , 8:48
Mis à jour le: 26 janvier 2020 8:48
Les miliciens Anti-Balaka. CopyrightDR
Les miliciens Anti-Balaka. CopyrightDR

 

 

Batangafo (République centrafricaine) – Ladji, une commune située à 30 kilomètres de Kabo sur l’axe Batangafo, dans la préfecture de l’Ouham, au nord de la Centrafrique, a été le théâtre jeudi dernier d’un violent affrontement entre un groupe des miliciens Anti-Balaka et des combattants rebelles du MPC, quelques heures après le meurtre d’un éleveur peul par les Anti-Balaka.

 

Malgré les patrouilles incessantes des soldats du contingent camerounais de la Minusca dans la commune de Ladji, contrôlé par des miliciens Anti-Balaka, le climat sécuritaire dans ces localités reste préoccupant en raison du dernier accrochage meurtrier entre les deux groupes armés rivaux.

En effet, dans la journée du jeudi 23 janvier, un éleveur peul, de passage au village Ladji, situé à quelque 30 kilomètres de Kabo, sur l’axe Batangafo,  pour faire ses achats, a été capturé par un groupe des miliciens Anti-Balaka qui l’ont dépouillé complètement de ses achats avant de l’assassiner froidement.

Informée de la nouvelle, une équipe de patrouille des rebelles du MPC s’est rendue sur le lieu du crime. Mais à leur arrivée, les rebelles ont très vite commencé à tirer sans distinction sur tout ce qui bouge dans le village Ladji, créant de facto un affrontement violent avec les miliciens Anti-Balaka durant plusieurs heures.

Le bilan faisait état de huit combattants tués, et des dizaines des blessés dans les deux camps.

Déployé sur place, le contingent camerounais de la Minusca multiplie des patrouilles pour rassurer les populations qui commencent timidement à rentrer chez elles depuis samedi soir.

 

Copyright2020CNC.

Aucun article à afficher