Journée mondiale de la pauvreté : La pauvreté diminueelle vraiment ?

Publié le 17 octobre 2019 , 1:56
Mis à jour le: 16 octobre 2019 8:57

Bangui (République centrafricaine) – 16 oct. 2019 21:56

En moins d’une génération, plus de 1,1 milliard de personnes ont été ” sorties de la pauvreté “, selon la Banque mondiale.
C’est sans aucun doute l’une des plus belles histoires de prospérité mondiale de ce siècle.
Entre 1990 et 2015, le nombre de personnes dans le monde vivant sous le seuil international de pauvreté (1,90 dollar des États-Unis par jour ou moins) est tombé de 1,9 milliard à 735 millions.
Cela signifie que la part de la population considérée comme pauvre, selon cette définition, est passée de 36 % à 10 % au cours de la même période.
Mais l’histoire de la lutte contre la pauvreté n’est pas uniforme, et l’économiste qui a conçu le seuil de pauvreté a déclaré à la BBC que les politiques de développement actuelles “n’atteignent pas assez bien les plus pauvres”.
Pauvreté dans le monde
• Afrique sub-Saharienne 437m
• Asie du Sud121m
• Asie de l’Est et Pacifique34m
• Amérique latine & Caraïbe26m
• Moyen Orient et Afrique du Nord25m
Martin Ravallion, ancien directeur de la recherche et vice-président principal de la Banque mondiale, a déclaré que ” la montée des inégalités est le plus grand défi auquel nous devons faire face en termes de progrès dans la lutte contre la pauvreté et le progrès social en général “.
‘Deux vitesses’
Selon la Banque mondiale, l’absence de croissance inclusive, le ralentissement économique et, plus récemment, les conflits ont entravé les progrès dans certains pays.
Alors qu’en Chine et en Inde, un milliard de personnes ne sont plus considérées comme pauvres, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté en Afrique subsaharienne est en fait plus élevé qu’il y a 25 ans.
“Au cours de la dernière décennie, nous avons vu un monde qui évolue à deux vitesses “, déclare Carolina Sánchez-Páramo, directrice mondiale de la pratique mondiale en matière de pauvreté et d’équité à la Banque mondiale.
Baisse de la pauvreté
* Période pour l’Inde 1993-2015
La raison en est une combinaison de quatre facteurs, dit-elle à la BBC.
1. Variations de la vitesse de la croissance économique
“Au niveau le plus élémentaire, la croissance a été plus faible en Afrique subsaharienne et en Amérique latine qu’en Asie de l’Est ou du Sud au cours de cette période. Et si l’on ajoute à cela une croissance démographique très rapide dans de nombreux pays, stimulée par des taux de fécondité élevés, on obtient une croissance par habitant encore plus faible “, dit-elle.
“Quand les pays ne se développent pas, il est très difficile de progresser dans la réduction de la pauvreté, parce que tout progrès devrait provenir d’une redistribution assez importante et c’est tout simplement très difficile à faire”, selon Carolina Sánchez-Páramo.
2. L’inclusivité de la croissance
Mais si une croissance économique soutenue est une “condition nécessaire” à la réduction de la pauvreté, elle n’est “pas le seul facteur”, affirme la directrice de la Banque mondiale.
Dans de nombreux pays, la croissance n’a pas été “suffisamment inclusive”, en raison de la nature des industries à forte intensité de capital qui génèrent relativement moins d’emplois – par exemple, en Afrique subsaharienne.
Mme Sánchez-Páramo affirme que : “Le travail est la principale source de revenus des pauvres. Donc, s’il n’y a pas plus d’opportunités pour les travailleurs, il est peu probable que nous assistions à une réduction de la pauvreté.”
La croissance économique est plus efficace contre la pauvreté lorsqu’elle s’accompagne d’une augmentation des revenus du travail
3. Accès à l’infrastructure
Les économies prospèrent lorsque les gens ont non seulement un revenu en espèces, mais aussi accès à l’éducation, au financement et à de bonnes infrastructures.
Si ces conditions ne sont pas réunies, dit Mme Sánchez-Páramo, “cela sape également le degré d’inclusion de la croissance”.
En Malaisie, par exemple, et dans toute l’Asie du Sud et de l’Est, “au moins plusieurs de ces paramètres évoluaient en même temps”, ajoute-t-elle.
Selon les normes internationales, la pauvreté en Malaisie est nulle depuis 2013 – mais pas selon les normes du pays.
En revanche, au Brésil, où le programme de transferts monétaires a été couronné de succès, la pauvreté est passée de 21,6 % en 1990 à 2,8 % en 2014, mais elle est tombée à 4,8 % (touchant 10 millions de personnes) en 2017.
4. Conflit
Enfin, ces dernières années, les conflits politiques et violents ont annulé les progrès réalisés par le passé dans certains pays.
“En même temps, la pauvreté se concentre dans les pays fragiles et touchés par les conflits, parce que certains autres pays ont réussi à faire des progrès “, dit Mme Sánchez-Páramo.
En 2015, la moitié des pauvres dans le monde étaient concentrés dans cinq pays – l’Inde, le Nigeria, la RDC, le Congo, l’Ethiopie et le Bangladesh.
Et des prévisions récentes suggèrent que le Nigeria a dépassé ou est sur le point de dépasser l’Inde en tant que pays ayant le plus grand nombre de personnes vivant dans la pauvreté – les deux pays ayant un peu moins de 100 millions de pauvres.

Avec BBC Afrique

<:inline inline:>