HCR, 164 millions de dollars pour aider 1.5 million de déplacés…

Publié le 28 février 2021 , 11:54
Mis à jour le: 28 février 2021 11:54
Des réfugiés de la République centrafricaine font la queue devant les bureaux administratifs de Garoua-Boulai, au Cameroun, le 8 janvier 2021, où le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) les traitera après avoir fui la RCA
Des réfugiés de la République centrafricaine font la queue devant les bureaux administratifs de Garoua-Boulai, au Cameroun, le 8 janvier 2021, où le Haut-Commissariat
des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) les traitera après avoir fui la RCA . CopyrightDRR 

 

Bangui, République centrafricaine, lundi, 1 mars  2020, 05:37:59 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Pendant que la guerre de libération se poursuit en Centrafrique, le Haut Commissariat de l’ONU pour les Réfugiés plaide pour 164 millions de dollars en vue de sauver 1.5 million de déplacés. Une plaidoirie faite à l’occasion d’une conférence virtuelle de l’organisation.

 

Selon la représentation du HCR en Centrafrique, la dernière vague de violence survenue mi-décembre ont forcé 1.5 million de centrafricain au refuge soit près d’un tiers des 4.7 millions d’habitants du pays.

L’organisation humanitaire note aussi que Décembre à Février, au moins 201.000 personnes ont du quitter la Centrafrique des suites de violence pour rejoindre le Tchad, le Cameroun et le Congo.

D’ajouter, Boris CHERHIRKOV, porte-parole du HCR en Centrafrique  précise que la Centrafrique compte aussi un peu plus de 100.000 déplacés internes. « Nous serons contraints de réduire ou d’interrompre l’assistance vitale aux populations si les fonds souhaités ne soient pas encaissés » a précisé le porte-voix du HCR.

Par contre, en termes de spécificité de son aide, le HCR prévoit 35 millions pour aider à lutter contre les violences sexistes, l’enregistrement et la documentation des déplacés ; 13 millions pour la fourniture des abris et de l’aide essentielle ; 24 millions pour la santé, la nutrition, l’eau, l’hygiène et l’assainissement.

Une plaidoirie qui montre clairement le niveau de vulnérabilité des populations centrafricaines là où l’Etat n’est encore à même de fournir l’aide sociale de base. Des projections qui sonnent comme l’alerte humanitaire maximale à un moment où l’Etat ne jure que par la guerre.

Soleil Levant

 

  1. Y. Ibrahim

Journaliste rédacteur

Tel : 70 13 39 97

Alain Nzilo

Directeur de publications

Tel/ WhatsApp : +1 438 923 5892

Email : alainnzilo@gmail.com

 

 

Aucun article à afficher