Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG rend Hommage à sa maman GONDJE née

 

Godfroy- Luther GONDJE- DJANAYANG rend Hommage à sa maman GONDJE née DEMBA- Honorine à l’occasion du 1er anniversaire marquant sa disparition.

« Beaucoup d’entre nous veulent aller au paradis mais refusent de combattre pour le bon combat ».

 

                

La perte d’une mère est un grand tournant qui fait tomber l’homme mais qui le révèle pour affronter son destin. Le livre de l’existence invite les descendants de la personne qui s’est éteinte de poursuivre le reste du combat par la droiture et la détermination. Alors je ne croyais pas que lorsque la mort arrache brutalement la mère ou le papa d’une personne cela permettra de comprendre le degré du comportement humain c’est pourquoi, dans une circonstance douloureuse il serait judicieux que seul notre tribunal de conscience constitue un indicateur d’évaluation de la prise de température de tes semblables.

Maman durant tes 57ans sur cette terre, tu consacrais quasiment une partie de ta vie à la défense des orphelins et des veuves. Sache que la temporalité irréversible de tes œuvres ont produit sans doute des résultats implacables. C’est ainsi que le sens de ton dévouement renforçait davantage le leadership caché en toi. La disparité de tes qualités impressionnantes fait de toi non seulement la maman poule, et mais aussi maman protectrice. Ta doctrine de partage et surtout de l’amour de son prochain créent un centre de gravité autour tes valeurs inébranlables. Ton mode de fonctionnement privilégiait plus ta famille qui constitue la pierre angulaire de tes idéaux.

S’il te plait maman permet à ce que je vienne faire l’étalage sur la place publique de tes qualités sans pouvoir obtenir préalablement ta permission, mais rassures-toi le but recherché n’est pas de faire ton éloge, mais il s’inscrit plus dans un processus de couronnement de la page de ton histoire et reconnaitre toutefois avec humilité que tu es était passionnée de tes actions. Ton départ brutal sonne comme la répercussion d’un coup fatal. Après une année passée, nous tes enfants, tes petits enfants, parents, amis et connaissances nous sommes encore sous le choc de la violence ravageuse de la mort.  Grand merci à toi pour ton éducation, tes multiples services rendus et l’accomplissement incontestable de ta mission envers nous. Désormais veille sur tous les orphelins du monde ainsi que tes propres enfants orphelins et nous t’aimons. A Dieu maman.

                      Écclésiaste 8 : 8 – « L’homme n’est pas maître de son souffle pour pouvoir le retenir, et il n’a aucune puissance sur le jour de la mort; il n’y a point de délivrance dans ce combat et la méchanceté ne saurait sauver les méchants ».

« Achève une course lorsque la course s’impose en toi »

Ton fils ainé Godfroy-Luther GONDJE- DJANAYANG.