Gabon: Fin de parcours pour le gang de braqueurs à la machette de Libreville

Publié le 21 février 2019 , 9:59
Mis à jour le: 21 février 2019 9:59
La ville de Libreville, capitale du Gabon. CopyrightDR

 

Dimitri Coucou Ondo et Ghispain Meyo Aboghe âgés respectivement de 17 et 19 ans ont été arrêtés par les agents de la Direction de la sûreté urbaine (DSU). Ces deux jeunes hommes appartiennent au gang de braqueurs à la machette qui semait la terreur dans le 2e arrondissement de Libreville précisément dans les quartiers Avea, Sotega et Nkembo.

La nouvelle sillonnait déjà tous les arcanes des commissariats de Libreville et Owendo sur l’existence d’une équipe de bandits armés de machettes qui terrorisent tous les secteurs du 2ème arrondissement de Libreville. Saisie par les multiples plaintes des victimes, la Direction de la sûreté urbaine a entrepris des investigations poussées avec des infiltrations pour déceler la bonne information. C’est ainsi qu’après des mois d’enquête, les noms de Dimitri Coucou Ondo et Ghispain Meyo Aboghe alias Yagami leur sont glissés.

C’est à leurs domiciles que la descente des agents est opérée avec succès. En effet,

Dimitri et Yagami vont être cueillis comme des fruits mûrs au lever du jour devant leurs parents. Si les premières indiscrétions révèlent que le chef de la bande n’est autre que Yagami âgé de 19 ans, il est clair que le gang ne se résumait pas qu’à eux d’eux. Informé de la prise de leurs acolytes, les 7 autres membres du gang ont tour à tour déserté leurs habitats.

Qui est le gang de machette? Il s’agirait de jeunes hommes pour la plupart déscolarisés armés de machettes neuves et qui braquent de jour comme de nuit. Des sources indiquent qu’ils sont aussi adeptes des cambriolages de maisons et boutiques. Selon une source policière confiée à notre confrère L’Union, deux autres noms seront révélés et ne tarderont pas à être pris. « Deux gars, “esprit du mal” et “Ngombi” sont repérés et leur interpellation ne serait plus qu ’une question de jours », a-t-elle précisé..

Avec ©Gabon Time