France / Afrique : Qui est Kémi Seba ?

Publié le 19 décembre 2018 , 6:45
Mis à jour le: 19 décembre 2018 6:45
Kémi Séba
Kémi Seba. Photo : Wikipédia.

 

 

France / Afrique : Qui est Kémi Seba ?

 

 

Personnage inconnu du grand public ou presque en Centrafrique, voilà que ce nom a retenti dans la presse toute la semaine pour se clore sur un débat.

 

Kémi Seba ou de son vrai nom Stellio Gilles Robert Capo Chichi est né en France en 1981, à Strasbourg pour être plus précis. Franco-béninois il grandit en France, y faisant toute sa scolarité. Il rentre dans différents groupes et associations qui sont parfois même dissous pour incitation à la haine raciale, antisémitisme entre autre. Ce qui l’ammène à avoir quelques démélés avec la juridiction française et des séjours en prison. Oui des.

Ce n’est qu’en 2008 qu’il quitte la France pour venir s’installer au Sénégal d’où il sera explusé quelques années plus tard après avoir brulé un billet de 10 000 FCFA sur la place publique. Il est renvoyé à l’envoyeur : la France! Retour à la case départ pour cet homme qui semble ne pas respecter grand monde…Il part alors au Bénin où il réside toujours.

 

En 2017, débute sa croisade donc le franc CFA dans différents pays d’Afrique. Venu en Centrafrique pour « le procès du peuple contre la Françafrique » ce dimanche, il ne semble pas qu’il ait récolté les résultats escomptés, malgré sa propagande. Organisé au stade Omnisport, ce procès a réuni entre 300 et 500 personnes mais tous ne sont pas restés. Au contraire, environ 100 personnes ont quitté les lieux avant la fin de ce procès.

Récemment, la Guinée lui a refusé son entrée sur le territoire alors qu’il voulait poursuivre sa campagne sur le procès contre la Françafrique.

 

Au lendemain de son arrivée sur Bangui, il en a profité pour présenter son ONG «  Ugences panafricanistes » devant toute une assemblée de journaliste à l’hôtel Ledger Plaza.  Cette ONG a pour objectif de promouvoir l’unité africaine et désire faire du continent africain un espace autonome.

 

Personnage inconnu du paysage, la curiosté a fait son œuvre réunissant du monde. Mais son verbiage n’a pas séduit malgré sa présence quasie théâtrale..  En tant que Franco-béninois, il se permet de taper du sucre du la France. Lors de son discours il a dit : « Il était nécessaire que nous venions dans un pays meurtri par le néocolonialisme français, asphyxié par la barbarie à l’ologarchie française ». Pays ami, qui l’a vu naitre, l’a éduqué, lui a donné la possibilité de choisir sa vie. Mais non, il se considère comme un africain opprimé par la colonisation qu’il ne connait d’à travers des cours d’histoire.

 

Au regard de la tournée des pays pour disséminer son discours panafricaniste. Qui le soutien financièrement ? Des joueurs de football d’une part, il a lui-même cité deux (2) noms : Nicolas Anelke et Demba Ba. Serait-ce deux noms pour noyer le poisson ? Il est possible en tout cas d’avoir des doutes sur ces financements. En effet, en 2017 il est invité en Russie par un nationaliste russe Alexandre Douguine. L’objectif de cette rencontre aurait été de s’unir contre l’occident et favoriser un monde multipolaire. Certes, mais la russie ne serait-elle pas en train de le financer également ?

Or actuellement la russie ne serait-elle pas en RCA ? Elle l’est et de plus en plus, mais bien qu’elle fasse de la formation militaire pour les FACA il y a l’autre versant. Celui-ci s’apparente à la colonisation ou  de la néocolonisation. Avec ses entreprises, les minerais sont extraits et le profit ne revient pas dans la poche des centrafricains. Des actions pour la population, ils en font mais offrir des trampolines dans des écoles alors qu’ils n’ont même pas de quoi étudier était-ce une bonne idée ? Soutenir le concours Miss Centrafrique le plus important ? Mais comme le dit si bien le grand manitou Kémi Séba « Vladimir Poutine essaie d’établir des contrats avec les différents pays africains, on est peut-être à l’aube de quelque chose de très grand dans la diplomatie russo-africaine ».  On peut avoir des doutes… mais comme on dit qui vivra verra.

 

CopyrightCNC.