EUTM-RCA : LE CONTINGENT PORTUGAIS AUPRÈS DES ENFANTS DE L’ÉCOLE SAINT-BERNARD DE MENTHON A BANGUI.

 

 

Bangui (République centrafricaine) – En ce début d’année 2020, le contingent portugais de l’EUTM-RCA poursuis l’action civilo-militaire (CIMIC)  qu’il avait entrepris  au profit de l’école Saint-Bernard de Menthon (Kassaï – Bangui). Cette fois, pas de distribution de fourniture scolaire, comme ce fût le cas en 2019, mais simplement des cadeaux, des sourires et des instants de partage. Certains parents d’élèves étaient présents, tout comme le Père Séraphin, directeur de l’école, et le Père Ricardo, aumônier militaire basé à M’Poko.

 

Les militaires de l’EUTM-RCA étaient très attendus par les enfants de cette école de la capitale centrafricaine. Et pour cause, le contingent portugais avait apporté dans sa hotte, cadeaux, peluches, ballions de football et jouets en tous genres. Chacun des élèves présents a pu recevoir l’une de petites attentions.

De leur côté, les militaires de l’EUTM-RCA ont reçu tous les sourires et regards reconnaissants imaginables, mais surtout l’assurance que les élèves puissent continuer à étudier et préparer leur avenir sereinement. Car c’est bien l’un des volets de la mission européenne en République centrafricaine, et de ses douze nations contributrices : s’engager pour la solidarité et la jeunesse dans cette région de l’Afrique centrale.

Cette école de 1600 élèves en est un symbole particulier, car elle abrite en son sein toutes les tranches d’âge et niveaux scolaires, de la maternelle à la terminale. D’autres actions civilo-militaires sont à venir ici, et ailleurs.

 

Lancée le 16 juillet 2016, l’EUTM-RCA a conseillé, formé et entraîné plus de 6 000 soldats, hommes et femmes des Forces Armées Centrafricaines (FACA). L’objectif est de « rendre les forces armées centrafricaines modernes, efficaces, inclusives et démocratiquement responsables en dispensant des conseils stratégiques au ministère de la défense et à l’Etat-major général, ainsi que des enseignements et des formations aux FACA ».