En Centrafrique, fausses informations et discours de haine prolifèrent à l’approche des élections

Publié le 18 décembre 2020 , 11:07
Mis à jour le: 18 décembre 2020 11:07
Le sulfureux Arouna Douamba alias l’homme caméléon. D’ironie burkinabé, il a grandi en Côte d’Ivoire avant d’atterrir en Centrafrique.

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 19 décembre 2020. L’irruption de la Russie sur la scène diplomatique du pays depuis 2018 a coïncidé avec une forte poussée de discours agressifs visant souvent d’autres partenaires internationaux.

 

La campagne officielle vient de débuter en République centrafricaine (RCA), mais une autre joute électorale se déroule depuis déjà longtemps dans les médias et les réseaux sociaux. A l’approche du double scrutin présidentiel et législatif du 27 décembre, le débat y est vif. « Les contenus médiatiques en RCA sont bourrés de désinformation et de discours de haine, la campagne électorale a accentué ce phénomène », constate Rosmon Zokoué, coordonnateur de la future plate-forme de fact-checking Yefanda (« preuve » en langue sango), dont le lancement est prévu dimanche 20 décembre.

Bien des observateurs font valoir que l’irruption de la Russie sur la scène diplomatique centrafricaine, depuis 2018, a coïncidé avec une forte poussée de discours agressifs visant souvent des partenaires internationaux, comme la France, l’Union européenne, ou encore la Mission des nations unies en Centrafrique.

Pour le chercheur associé à l’Institut français des relations internationales Thierry Vircoulon, qui scrute les réseaux sociaux pendant la campagne, « le trollisme est incontestablement lié à l’arrivée des Russes ». Même si, observe-t-il, les animateurs de la campagne du Mouvement cœurs unis, du président sortant Faustin-Archange Touadéra, qu’il qualifie de « griots numériques », sont aujourd’hui à l’origine d’une bonne partie des fausses informations circulant sur les réseaux.

« Allégations d’une éventuelle ingérence russe »

« Chacun des candidats cherche à déstabiliser ses adversaires en propageant des fausses informations et des fausses images », nuance Rosmon Zokoué. D’où la nécessité, selon lui, de « débunker » ces rumeurs pour améliorer le débat démocratique, grâce notamment à Yefanda, dont le financement est assuré par l’Organisation internationale de la francophonie.

Mardi 15 décembre, Facebook a affirmé avoir fermé des réseaux gérés depuis la Russie – mais aussi depuis la France – accusés de mener des opérations d’interférence, notamment en Centrafrique. Selon l’entreprise, certains de ces faux comptes seraient proches de l’armée française, ils postaient « des allégations d’une éventuelle ingérence russe dans les élections en RCA ».

Même si toute participation institutionnelle à cette opération est officiellement démentie, la nouvelle fait tache. « C’est quand même très gênant, abonde Thierry Vircoulon, parce qu’on ne peut pas à la fois financer des meilleures formations de journalistes, soutenir le Haut Conseil à la communication, etc. et soi-même, faire de la désinformation. »

Rosmon Zokoué, lui, ne voit pas de raison d’être inquiet quant à une quelconque répercussion sur les activités de Yefanda en tant que vérificateur d’informations : « Le but de notre dispositif n’est pas d’être un média en faveur d’une puissance ou d’une autre. Il est de proposer des contenus viables. »

Depuis quelques jours, une lettre à première vue officielle circule sur les réseaux sociaux, prétendument signée par le premier ministre, qui sollicite une intervention aérienne de la France contre les groupes armés. « Pour l’instant, nous pensons que ce document est un faux, parce que les cachets sont retouchés, les en-têtes sont faux, et de manière officielle la RCA n’a pas besoin de passer par l’ambassade de France pour une quelconque intervention française. »

Guerre numérique

Récemment, certaines émissions de radio ont été suspendues, en raison de discours trop violents et répétés, mais aucune sanction n’a, pour le moment, concerné des propos tenus sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux. Cette guerre numérique peut-elle avoir une influence sur les élections ? Avec 2,5 % de taux de pénétration, la RCA se trouve en queue de peloton dans les classements mondiaux concernant l’usage des réseaux sociaux. On compte à peine 122 000 utilisateurs de Facebook en RCA. Mais, pour Thierry Vircoulon, « les réseaux ont une influence qui dépasse largement le nombre d’usagers. Les opinions qui y circulent ne restent pas enfermées, elles se promènent après par le bouche-à-oreille ».

Lire aussi Election présidentielle en Centrafrique : François Bozizé exclu du scrutin

Le principal danger, serait, pour Rosmon Zokoué, que, « ces fausses informations ne servent à alimenter des discours de haine de plus en plus violents, et, comme par le passé, à justifier la commission de crimes ». La Centrafrique se remet douloureusement d’une guerre civile, qui, depuis 2013, a mis le pays à feu et à sang, et a laissé une bonne partie du territoire sous le contrôle des groupes armés. Un conflit dans lequel les médias et les réseaux ont joué un rôle non négligeable.

Selon les Nations unies, qui ont publié le 9 décembre un rapport sur cette thématique, le conflit politico-militaire a eu pour conséquence le développement de positionnements de plus en plus clivants entre les communautés, ciblant « des groupes en soulignant leurs différences de manière dégradante (…) stigmatisante, et engendrant des violations et abus graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire ».

 

Par le MondeAfrique.fr

 

Aucun article à afficher