Émeutes en Afrique du Sud: on compte désormais 45 morts

Publié le 13 juillet 2021 , 3:34
Mis à jour le: 14 juillet 2021 5:53

 

Émeutes en Afrique du Sud: on compte désormais 45 morts

 

Bangui ( République centrafricaine ) – Le bilan des émeutes en Afrique du Sud s’est alourdi à 45 morts mardi, alors que la police et l’armée tentent encore de mettre fin aux troubles dans les zones pauvres de deux provinces, qui ont commencé la semaine dernière après l’emprisonnement de l’ancien président Jacob Zuma.

La plupart des décès dans les provinces de Gauteng et du KwaZulu-Natal sont survenus lors de bousculades chaotiques, selon des responsables.

Des violences sporadiques ont éclaté après que M. Zuma, qui avait dirigé le pays de 2009 à 2018, a commencé jeudi à purger une peine de 15 mois pour outrage à la justice. Il avait refusé de se conformer à une ordonnance du tribunal pour témoigner dans le cadre d’une enquête soutenue par l’État sur des allégations de corruption alors qu’il était président.

Les troubles se sont ensuite transformés en une vague de pillages dans les quartiers des townships des deux provinces, selon des témoins, bien qu’ils ne se soient pas étendus aux sept autres provinces d’Afrique du Sud, où la police est en alerte.

L’élément criminel s’est emparé de cette situation“, a déclaré le Premier ministre David Makhura de la province de Gauteng, qui comprend Johannesburg. ” Nous comprenons que les chômeurs n’ont pas assez de nourriture. Nous comprenons que la situation a été aggravée par la pandémie”, a déclaré un Makhura ému sur la chaîne publique South African Broadcasting Corporation.  “Mais ces pillages sapent nos entreprises ici (à Soweto). Ils sapent notre économie, notre communauté. Ils sapent tout”.

Pendant qu’il parlait, l’émission montrait la police essayant de ramener l’ordre dans le centre commercial de Ndofaya, où 10 personnes ont été écrasées à mort dans une bousculade. Quelques coups de feu ont été entendus.

M. Makhura a lancé un appel aux dirigeants des organisations politiques, religieuses et communautaires pour qu’ils exhortent la population à mettre fin aux pillages.

Le déploiement de 2 500 soldats pour soutenir la police sud-africaine n’a pas encore mis fin aux pillages qui se multiplient, même si des arrestations ont lieu dans certains quartiers de Johannesburg, notamment à Vosloorus, dans l’est de la ville.

Les pillages se sont poursuivis mardi dans les centres commerciaux des townships de Johannesburg, notamment dans les centres commerciaux Jabulani et Dobsonville à Soweto.

Des pillages ont également été signalés dans le KwaZulu-Natal.Lundi, la Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du pays, a entendu la demande d’annulation de la condamnation de M. Zuma. Son avocat a fait valoir que la plus haute juridiction avait commis des erreurs en condamnant l’ancien président à la prison. Après 10 heures de témoignages, les juges ont déclaré qu’ils annonceraient leur décision à une date ultérieure.

Avec AFP/VOA

{CAPTION}

Aucun article à afficher