Embargo sur les armes en Centrafrique : la Russie n’a pas d’autre chose à offrir au pays?

deux soldats faca en casques blindés militaires dans leur pickup en patrouille à Bangassou
Des soldats FACA en patrouille à Bangassou pour illustration. CopyrightCNC

Bangui (République centrafricaine ) – Le conseil de sécurité de l’ONU a tranché, il n’y aura pas de levée totale d’embargo sur les armes en Centrafrique tant que les conditions préalables ne seront pas remplies ! Le vote a été unanime, les partenaires internationaux qui soutiennent le pays de Boganda ont étudié la question avec pragmatisme et ont décidé de l’assouplir sans pour autant le lever totalement. Pourquoi ?

Pourquoi la Russie s’acharne-t-elle absolument à faire lever l’embargo sur les armes? Aurait-elle raison toute seule ? Nous sommes en droit de nous poser la question lorsque l’on constate que l’ensemble de la communauté internationale n’est pas du même avis, et pour cause.

Les Russes disent à qui veut l’entendre que le retour des armes en Centrafrique permettra de mettre fin à la présence des groupes armés et de leurs actions de haut banditisme. De même, ils nous disent que la levée du contrôle sur les diamants permettrait à l’état centrafricain de remplir les caisses du budget. Mais qu’en est-il exactement ? Que nous dit notre expérience ?

 

Les mémoires sont encore en peine avec la crise qui a profondément meurtri notre jeune démocratie et l’on voudrait nous faire revenir à l’état initial, celui-là même qui a mis le feu aux poudres ! Quel est l’intérêt des mercenaires de Wagner ? Que veulent ceux qui gagnent leur argent en exploitant les mines de diamants au cœur des territoires occupés par les bandits ? Comme tous les mercenaires c’est toujours plus de richesse qui compte et ils ne veulent plus partager avec leurs amis des groupes armés. C’est pourquoi la Russie a tout intérêt à précipiter les choses pour amortir son investissement au plus vite.

La Russie a beaucoup d’armes à offrir, a-t-elle d’ailleurs autre chose que des armes à offrir ? L’Afrique n’a-t-elle pas assez souffert d’être inondée de kalachnikov ? Un pays aussi grand avec un PIB proche de celui de l’Italie ne fera jamais rien sur le plan économique pour la RCA. D’ailleurs, en plus de deux ans de présence maintenant, ils n’ont rien fait et pas investi un FCFA au profit de la population centrafricaine. Ses mercenaires n’ont qu’un seul intérêt : le leur. Exploiter rapidement les ressources diamantifères centrafricaines pour rentabiliser leurs affaires !
Personne n’est dupe. Vouloir précipiter le retour des armes dans le pays, c’est accélérer la présence de mercenaires russes et leurs arrangements avec les groupes armés sur l’extraction des diamants. Ces mêmes groupes armés qui sont rémunérés actuellement pour assurer la protection des convois russes en province.

Pourquoi risquer de revenir en arrière dans une situation où les armes et les diamants étaient sans contrôle ? La restructuration de nos FACA est en marche mais elle est loin d’être terminée et le grand projet d’armée de casernement n’est pas encore un fait ! Comment contrôler que l’armement ne part pas dans de mauvaises mains ? Tout le monde en Russie sait pertinemment que les grands projets prennent du temps ! Alors pourquoi précipiter les choses en Centrafrique ? Pourquoi prendre autant de risques et anéantir les efforts de redressement du pays comme tous les investissements internationaux pour une poignée de diamants parce que les mercenaires russes en veulent plus et plus vite ?
Pour construire une grande bâtisse solide et durable il faut prendre le temps de faire des fondations profondes et adaptées.

 

Écrit par Évariste Ngamana