Élections 2020-2021,  les garants de l’APPR-RCA écartent tout report.

Publié le 7 octobre 2019 , 6:44
Mis à jour le: 7 octobre 2019 6:44
Conférence de presse de la mission de haut niveau de l'Union européenne, l,Union africaine et l'ONU en République centrafricaine le 6 octobre 2019. CNC.
Conférence de presse de la mission de haut niveau de l’Union européenne, l,Union africaine et l’ONU en République centrafricaine le 6 octobre 2019. CNC.

 

Bangui (République centrafricaine) – CNC – les élections présidentielles et législatives de 2020 – 2021 doivent se tenir dans les délais prévus par la Constitution, selon la communauté internationale, garante de l’accord politique pour la paix et la réconciliation en République centrafricaine.

 

« Les élections doivent se tenir, et la communauté internationale est là pour apporter son soutien au processus et aux candidats au même titre, de façon neutre, sans parti pris », a indiqué à Bangui le diplomate Jean-Pierre Lacroix,  secrétaire général adjoint des Nations unies chargé des opérations, lors d’une conférence de presse ce dimanche 6 octobre 2019, coanimé par les diplomates Smail Chergui, commissaire à la paix et à la sécurité de l’Union africaine, et Koen Vervaeke, Directeur général Afrique du service européen pour l’action extérieure de l’Union européenne.

En assurant que la bonne tenue des élections dans les délais prévus par la Constitution est quelque chose essentielle, le diplomate onusien Jean-Pierre Lacroix rejette aussi en bloc, et sans concessions  toutes idées d’une nouvelle transition politique qu’il considère comme inacceptable.

Cependant, aux sièges des partis politiques de l’opposition, nombreux sont ceux qui doutent sérieusement de la déclaration de monsieur Jean-Pierre Lacroix qu’ils considèrent peu réaliste au moment où plus de 70% du territoire national sont encore sous contrôle des groupes armés.

Pour certains, on a beau entendu ce même discours en 2015, mais la réalité est toute autre chose. Nous voilà devant la réalité avec un chef de l’État « mal élu et incompétent », « qui s’occupe malheureusement de ses propres affaires plutôt que des populations qui continuent de souffrir sur des sites des déplacés internes  à l’intérieur du pays », indiquent-ils.

 

Copyright2019CNC.