Dominic Ongwen : d’enfant enlevé à commandant rebelle

Publié le 12 février 2021 , 5:41
Mis à jour le: 12 février 2021 12:41

Dominic Ongwen : d’enfant enlevé à commandant rebelle

Bangui ( République centrafricaine ) – Dominic Ongwen est le premier commandant de la LRA à comparaître devant la Cour pénale internationale

Connu sous le nom de “fourmi blanche”, Dominic Ongwen, le criminel de guerre condamné aurait eu entre neuf et 14 ans lorsqu’il est enlevé par l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) alors qu’il se rendait à pied à l’école dans le nord de l’Ouganda – devenant au cours des 27 années suivantes un commandant rebelle impitoyable. /////////////.

Avertissement : certaines personnes peuvent trouver les détails de cette histoire bouleversants/////////////.

“C’est l’histoire d’un enfant, comme beaucoup de membres de la LRA, forcé de grandir à l’image de ses oppresseurs”, explique le groupe de campagne LRA Crisis Tracker./////////////.

Peu après son enlèvement en 1987 ou 1988, il tente de s’échapper avec trois autres personnes et lorsqu’ils ont échoué, il est forcé d’écorcher vif l’une des autres personnes enlevées en guise d’avertissement, affirme un psychiatre lors de son procès pour crimes de guerre à la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye./////////////.

“Ils ont écorché cette personne, lui ont enlevé les intestins et l’ont mise sur des arbres”, explique Dickens Akena à la Cour. “Et il [Ongwen] dit qu’il ne mangerait pas de viande pendant deux à trois mois.”/////////////.

Ongwen – dont le nom de famille signifie “né à l’époque de la fourmi blanche” – a rapidement gravi les échelons dans les rangs des rebelles, devenant brigadier à la fin de la vingtaine après avoir gagné la confiance du chef de la LRA Joseph Kony, selon le LRA Crisis Tracker./////////////.

Mais il a eu une relation houleuse avec le chef de guerre de la LRA, réussissant à échapper à ses griffes en 2015 lorsqu’il s’est rendu – 10 ans après que lui, M. Kony et trois autres hauts commandants ont été inculpés par la CPI./////////////.

Kony est l’un des fugitifs les plus tristement célèbres au monde/////////////.

Il est aujourd’hui reconnu coupable de 61 des 70 chefs d’accusation de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité commis entre juillet 2002 et décembre 2005./////////////.

Ils concernent des attaques contre quatre camps, gardés par les forces de sécurité, mis en place pour les personnes forcées de fuir leurs maisons en raison des raids des rebelles. Il est aussi condamné pour esclavage sexuel, conscription et utilisation d’enfants de moins de 15 ans dans des hostilités./////////////.

Prétendant se battre pour un État biblique, la LRA a tué plus de 100 000 personnes et enlevé plus de 60 000 enfants au cours du conflit qui a duré trois décennies et qui s’est étendu à plusieurs pays voisins de l’Ouganda. /////////////.

Ongwen, qui plaide non coupable, annonce qu’il aurait dû être considéré comme une victime lui aussi, en s’adressant au tribunal : “je suis l’une des personnes contre lesquelles la LRA a commis des atrocités.”/////////////.

Décrit comme un enfant calme et enjoué, son oncle, Johnson Odong, témoin au tribunal, affirme que les parents d’Ongwen sont tous deux morts moins d’un mois après son enlèvement – sa mère aurait été matraquée par les rebelles et son père pris pour un rebelle par les forces de sécurité./////////////.

P’Atwoga Okello, professeur d’école primaire, dans une déclaration de témoin de la défense, indique que le garçon aimait les cours de danse culturelle “et d’autres domaines des arts”./////////////.

Son professeur au sein de la LRA était Vincent Otti, qui est ensuite devenu l’adjoint de M. Kony, avec qui il a vécu après son enlèvement, selon l’universitaire Erin K Baines./////////////.

Un bon professeur pouvait faire preuve d’une loyauté farouche après avoir endoctriné les captifs par des passages à tabac et des rituels brutaux – suivis d’un entraînement militaire et de raids de pillage, dit-elle. /////////////.

Le commandant de la LRA Vincent Otti a été le premier mentor du jeune captif/////////////.

Ongwen était apparemment désireux de plaire, mais il a d’abord dû faire face aux exigences de la vie sur le pouce – les longues distances parcourues à pied, et un témoin de la CPI rapporte qu’il a dû être transporté à travers de grandes rivières. /////////////.

Au milieu des années 1990, il s’installe dans ce qui est aujourd’hui le Sud-Soudan, d’où la LRA menait ses opérations. En 2001, il était commandant sur le terrain et il s’est fait connaître pour avoir reconstitué les forces par des raids d’enlèvements en Ouganda, explique Mme Baines./////////////.

“[Il] a acquis la réputation de pouvoir sortir de la plus sanglante des batailles avec peu de pertes parmi ses combattants”, dit le Projet Enough, un autre groupe de campagne./////////////.

Dominic Ongwen en un coup d’œil ://///////////.

• Enlevé par la LRA alors qu’il se rende à l’école/////////////.

• Rampe pour devenir commandant en chef/////////////.

• Accusé de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité, y compris l’esclavage/////////////.

• La CPI émet un mandat d’arrêt contre lui en 2005/////////////.

• Les États-Unis offrent une récompense de 5 millions de dollars (+2 milliards FCFA) pour toute information menant à son arrestation en 2013 /////////////.

• Transféré à la CPI en 2015 après sa reddition. Reconnu coupable de crimes de guerre en 2021./////////////.

Une ancienne victime d’enlèvement l’a qualifié de “combattant acharné qui était toujours en mouvement” – bien qu’il boite à cause d’une mauvaise blessure à la jambe./////////////.

Pendant le procès, l’accusation a présenté les communications radio de la LRA interceptées par les agences de sécurité ougandaises, montrant comment M. Kony – qui a convaincu son armée de personnes enlevées que ses “esprits” pouvaient lire dans leurs pensées – gardait un commandement et un contrôle serrés sur ses bataillons. /////////////.

La LRA est connue pour couper les lèvres, le nez et les oreilles des civils/////////////.

“Les commandants qui ont réussi ont été félicités par Kony et d’autres officiers supérieurs. Je me souviens que Dominic Ongwen, appelé Odomi, était souvent loué”, se rappelle un officier de surveillance radio, dont l’identité était tenue secrète./////////////.

Mais Ongwen avait également une relation instable avec M. Kony, s’opposant à l’exécution d’Otti en 2007 après que les deux se soient brouillés dans l’impasse des pourparlers de paix. /////////////.

“Les transfuges de la LRA rapportent qu’Ongwen était le seul commandant qui a plaidé auprès de M. Kony pour épargner la vie d’Otti, une démarche qui a affaibli son influence au sein de la LRA”, indique le LRA Crisis Tracker./////////////.

“Cependant, Kony a épargné à Ongwen la purge ultérieure des loyalistes d’Otti en raison de la valeur d’Ongwen pour la LRA, en particulier sa capacité à diriger des troupes dans des missions audacieuses.”/////////////.

De nombreux villages ont été détruits dans le cadre du conflit/////////////.

L’initiative de paix s’est déroulée dans une clairière de la jungle à la frontière de la République démocratique du Congo et de ce qui est aujourd’hui le Sud-Soudan – avec des images incroyables des rebelles interagissant avec les médiateurs./////////////.

Avec ses dreadlocks et ses airs de garçon, Ongwen regarde avec prudence la procédure, qui, selon les observateurs, a finalement échoué en raison du refus de retirer les actes d’accusation de la CPI de 2005./////////////.

Pour certains – dont sa “femme de brousse”, Florence Ayot – c’était une injustice. /////////////.

“Dominic nous disait qu’il avait été enlevé quand il était très jeune. Tout ce qu’il a fait était au nom de Kony, donc il est innocent”, dit-elle à la BBC en 2008./////////////.

Amnistiée après s’être échappée de la LRA en 2005, elle avait été enlevée à l’âge de neuf ans et était devenue la “femme” du commandant de la LRA Obwong Kijura, qui l’avait violée à l’âge de 13 ans./////////////.

Après sa mort, elle confie à la CPI qu’elle était devenue volontairement la “femme” d’Ongwen car le chef de la LRA ne permettait pas aux femmes de vivre seules./////////////.

Elle dit qu’il avait traité son fils comme ses propres enfants par ses trois autres “femmes” de l’époque et qu’il n’avait jamais été violent envers elle. Ils ont eu deux enfants ensemble./////////////.

“Je l’aimais à cause de la façon dont il vivait avec les gens. Il n’était pas querelleur, et je sentais que c’était bon pour moi d’aller le voir. Il n’y avait rien que je n’aimais pas chez lui parce que je n’avais pas vu ce qu’il avait fait de mal auparavant… Nous vivions heureux ensemble.”/////////////.

Cela a été mis en doute par le témoignage de sept autres personnes au procès, dont le témoin P-227, une autre des “épouses” d’Ongwen. Enlevée en avril 2005, elle aurait été forcée d’avoir des relations sexuelles avec Ongwen un mois plus tard : “je me suis mise à pleurer, je hurlais et ma voix était vraiment forte”. /////////////.

“Il m’a demandé pourquoi je pleurais ; il m’a dit que si je continuais à pleurer – il m’a montré son arme… J’avais l’impression que tout mon corps était en train de se déchirer.” Elle dit qu’elle a été violée à plusieurs reprises jusqu’à son évasion en 2010./////////////.

Le procès est suivi dans le nord de l’Ouganda/////////////.

Et s’échapper était une entreprise dangereuse – la LRA menacerait de détruire votre village si vous le faisiez. Selon le témoignage de Mme Ayot, Ongwen et elle ont effectivement comploté pour s’enfuir en 2003, mais leur plan a été découvert et son “mari” a été placé “en état d’arrestation” par Otti pendant plusieurs semaines. /////////////.

Certains psychiatres présents au procès ont estimé qu’Ongwen souffrait de stress post-traumatique et d’un trouble dissociatif de l’identité au moment des attaques sur les camps, alors que l’accusation soutient qu’il était commandant de bataillon dans la brigade Sinia – dont il est devenu le commandant général en mars 2004./////////////.

Les procureurs de la CPI citent des témoignages selon lesquels il aurait, au moins une fois, ordonné à ses hommes de “tuer, cuisiner et manger des civils”./////////////.

Plus de 4 000 victimes ont participé au procès – représentées par deux équipes juridiques – dont la plupart sont d’anciens résidents du camp – et le procès a détaillé les vies perdues, les destructions, les enlèvements et les dommages psychologiques subis par ces communautés dans le nord de l’Ouganda./////////////.

Rangs sur les appels téléphoniques de la famille/////////////.

Les informations sur son assassinat en 2005 s’étant avérées fausses, Ongwen est resté en fuite pendant de nombreuses années encore, alors que les rebelles se déplaçaient vers l’ouest, en RD Congo et chez ses autres voisins./////////////.

En 2013, les États-Unis – qui s’étaient joints à la chasse aux commandants de la LRA – ont offert une récompense de 5 millions de dollars (+2 milliards FCFA) pour toute information menant à la capture d’Ongwen. /////////////.

Dominic Ongwen aurait eu une relation instable avec le leader de la LRA Joseph Kony (photo)/////////////.

Un évadé de la LRA prétend que M. Kony a ordonné qu’Ongwen soit sévèrement battu pour insubordination à la fin de 2014./////////////.

En mauvais état, il a fini par s’échapper du camp de la LRA au Darfour, pour se rendre du Soudan en République centrafricaine (RCA) voisine, où il a été placé en détention./////////////.

A l’époque, il a demandé pardon au peuple ougandais, mais dans les dix jours qui ont suivi, il a été transféré à la CPI. /////////////.

Selon Justiceinfo.net, pendant son incarcération avant le procès, il a semblé profiter de sa chance de poursuivre ses études, y compris des leçons de piano./////////////.

Bien qu’il ait menacé de se suicider et qu’il ait entamé une grève de la faim en 2016, en faisant la queue pour téléphoner à sa famille, on lui avait d’abord interdit de parler à ses enfants./////////////.

Dominic Ongwen a généralement suivi les procédures de la CPI en toute tranquillité/////////////.

Certains affirment que le procès a été une poursuite par procuration de M. Kony, dont le mouvement rebelle est beaucoup plus faible ces jours-ci, mais qui est toujours actif en dehors de l’Ouganda./////////////.

Néanmoins, deux versions d’Ongwen ont émergé au cours de son procès : l’une d’un tueur brutal, l’autre d’un enfant soldat traumatisé qui a grandi dans un climat de conflit./////////////.

Son équipe de défense soutient qu’il devrait maintenant être renvoyé chez lui pour que les chefs Acholi locaux supervisent la justice par le biais de leurs rituels de réconciliation traditionnels – comme cela a été fait avec des milliers d’autres combattants avant lui./////////////.

90% des victimes de violences sexuelles en Ouganda ont moins de 18 ans.

Avec BBC Afrique
{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher