Dispersion d’une marche contre le nouveau président de la Commission électorale congolaise

Publié le 4 juillet 2020 , 8:48
Mis à jour le: 4 juillet 2020 3:48

Dispersion d’une marche contre le nouveau président de la Commission électorale congolaise

Bangui ( République centrafricaine ) – Une manifestation contre le nouveau président controversé de la très stratégique commission électorale en République démocratique du Congo a été dispersée par la police samedi à Kinshasa.

Quelque centaines de manifestants avaient répondu à l’appel de plusieurs mouvements citoyens pour dire “non au choix de Ronsard Malonda”, actuel secrétaire exécutif de la Commission électorale nationale indépendante (Céni)./////////////.

L’opposition accuse l’équipe sortante de la Céni, dont M. Malonda, de fraude lors des élections présidentielle et législatives de décembre 2018./////////////.

Les manifestants ont lancé des appels en faveur d’une Céni apolitique. Encadrés par la police, ils ont marché sur cinq kilomètres, jusqu’au siège du Parlement avant d’être dispersés, après l’emploi de gaz lacrymogènes./////////////.

Plusieurs personnes ont été brièvement interpellées./////////////.

Le fonctionnaire proposé pour diriger la commission électorale suscite une controverse en RDC /////////////.

Les manifestants n’avaient pas demandé d’autorisation pour leur rassemblement, a déclaré le chef de la police de Kinshasa Sylvano Kasongo, en affirmant que “la police a encadré la manifestation d’une façon très professionnelle”./////////////.

Le choix de M. Malonda a été validé jeudi par l’Assemblée nationale. La nomination officielle dit être faite par le président Félix Tshisekedi./////////////.

La Céni est accusée par l’opposition d’avoir “fabriqué” des résultats en décembre 2018, en proclamant Félix Tshisekedi vainqueur de la présidentielle, et les forces politiques de son prédécesseur Joseph Kabila, majoritaires au Parlement./////////////.

Le chef de l’État a demandé que le choix d’un nouveau président de la Céni “soit conduit dans un esprit de consensus, d’apaisement et dans le strict respect des règles”, selon le compte rendu du Conseil des ministres tenu vendredi./////////////.

Le président a ajouté qu’il veillerait “personnellement à ce que la procédure de cette désignation et le processus électoral soient crédibles de bout en bout”. Les prochaines élections sont prévues en 2023./////////////.

Le propre parti de Félix Tshisekedi, l’UDPS, a prévu une marche contre le choix de M. Malonda le jeudi 9 juillet./////////////.

Les Églises catholique et protestante, des organisations de la société civile et les regroupements politiques d’opposition ont également rejeté le choix de M. Malonda.

Avec AFP/VOA

{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher