Deux personnes dont un soldat FACA grièvement blessées à Bangassou.

Publié le 10 septembre 2019 , 4:12
Mis à jour le: 10 septembre 2019 4:12
Patrouille mixte FACA-MINUSCA à Bangassou. Copyright2019CNC.
Patrouille mixte FACA-MINUSCA à Bangassou. Copyright2019CNC.

 

 

Bangassou (CNC) – L’incident a eu lieu dans la nuit du dimanche à lundi 9 septembre au quartier Bambessa, situé à quelques mètres de l’hôtel de chasse de Bangassou, dans la préfecture de Mbomou, au sud-est de la République centrafricaine, a-t-on appris de source proche du commandement militaire local.

 

Selon la même source, le caporal Mag, l’auteur présumé du tir, est aussi grièvement blessé sur sa jambe au moment de l’incident survenu aux environs de 1h40 du matin alors qu’il était dans un état d’ébriété avancée.

Abandonnant son poste depuis plusieurs heures pour des raisons encore inconnues, le caporal Mag, accompagné de son ami Ngbokoli,  a été localisé quelques heures plutôt  dans un quartier populaire de Bangassou en train de boire du vin traditionnel communément appelé « Ngouli».

En route pour rentrer à la base vers 1h du matin, au quartier Bambessa , le caporal Mag, qui possède par-devers lui son arme de service, a tiré par erreur sa jambe avant de blesser grièvement celle de son ami Ngbokoli.

Comme si cela ne suffisait pas, sous l’emprise de l’alcool, le caporal fautif jette son arme tout en prenant le soin de retirer le chargeur avant de s’éclipser .

Arrivé à la base, il a été transporté par ses compagnons d’armes à l’hôpital du MSF à Bangassou.

Examinés, les médecins n’ont plus de choix que d’imputer sa jambe grièvement blessée par son propre arme.

Quant à son ami Ngbokoli, il est toujours hospitalisé en attente de la décision du chirurgien qui devrait l’opérer.

 

Une enquête du CNC menée sur place montre que  les soldats FACA détachés à Bangassou, pour la plupart, n’ont aucun respect  vis-à-vis de leur commandement. Ce qui a entraîné un désordre total et le manque de discipline militaire dans leur rang.

Selon une source proche de l’état-major des armées à Bangui, une sanction pourrait être appliquée à l’encontre du caporal Mag conformément aux règles militaires en vigueur.

 

 

Copyright2019CNC.