Deux Centrafricains devant la CPI pour “crimes de guerre” présumés

Publié le 16 février 2021 , 6:52
Mis à jour le: 16 février 2021 1:56

Deux Centrafricains devant la CPI pour “crimes de guerre” présumés

Bangui ( République centrafricaine ) – Le procès d’Alfred Yekatom et Patrice-Edouard Ngaïssona, deux ex-chefs de milices centrafricains, s’est ouvert le 16 février devant la Cour pénale internationale (CPI), qui les accuse de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Les deux accusés plaident non coupables.

Patrice-Edouard Ngaïssona, 52 ans, ancien ministre centrafricain des Sports, et Alfred Yekatom, 44 ans, surnommé “Rambo”, sont jugés pour des crimes présumés perpétrés en République centrafricaine lors de la guerre civile entre 2013 et 2014./////////////.

Ils sont accusés de meurtre, viol, torture, transfert forcé des populations, persécution et autres infractions pénales./////////////.

Le procès, diffusé en direct sur le site web de la CPI, a débuté par la lecture des charges retenues à l’encontre des accusés. Tous les deux ont plaidé non coupable des accusations qui pèsent contre eux./////////////.

La CPI avait déterminé en décembre 2019 qu’il existait suffisamment de preuves pour ouvrir un procès afin de juger ces deux anciens chefs présumés de milices anti-Balaka./////////////.

Les audiences se poursuivront jusqu’au 18 février, avec les déclarations liminaires du procureur, celles de la défense de M. Ngaïssona, représenté par le Conseil principal Maître Geert-Jan Knoops et son équipe et celles des représentants légaux communs des victimes./////////////.

Ces dernières sont représentées par six avocats: Dmytro Suprun, Paolina Massida, Abdou Dangabo Moussa, Elisabeth Rabesandratana, Yaré Fall et Marie-Edith Douzima-Lawson./////////////.

La Défense de M. Yekatom, assurée par par le conseil principal Mylène Dimitri et et son équipe, fera ses déclarations liminaires au début de la présentation des preuves./////////////.

Le premier substitut du procureur, M. Kweku Vanderpuye, a lu ses déclarations liminaires à l’ouverture du procès mardi./////////////.

L’accusation commencera à présenter ses preuves et à citer ses témoins devant les juges le 15 mars 2021, à la reprise du procès./////////////.

La Chambre de première instance V, chargée de l’affaire, est composée du juge Bertram Schmitt (juge président), du juge Péter Kovács et du juge Chang-ho Chung./////////////.

Certains participants à l’audience y ont pris part par vidéo à cause des restrictions liées au coronavirus. La galerie publique n’était également accessible qu’à un nombre limité de journalistes, de la communauté diplomatique et du public./////////////.

Ex-chefs des milices anti-balaka/////////////.

Alfred Yekatom, alias Rambo, avait été transféré à la CPI en 2018 et sa première comparution a eu lieu le 23 novembre 2018. C’est le premier transfèrement vers la Cour pénale internationale (CPI) depuis l’ouverture de l’enquête sur la Centrafrique en septembre 2014./////////////.

M. Yekatom, député et ancien caporal-chef de l’armée centrafricaine, aurait assumé le commandement d’un groupe “d’environ 3.000” combattants anti-Balaka, selon la CPI./////////////.

Son co-accusé, Patrice-Edouard Ngaïssona, avait été arrêté par les autorités françaises le 12 décembre 2018 et transféré à la CPI en janvier 2019, à l’issue des procédures nécessaires. Un mandat d’arrêt à son encontre avait été délivré le 7 décembre 2018. Il était à l’époque président de la Fédération centrafricaine de football et membre du comité exécutif de la Confédération africaine de football (CAF). Fin novembre, la FIFA l’avait interdit “de toute activité liée au football” pour au moins six ans./////////////.

Bien avant, M. Ngaïssona avait été ministre des Sports sous la présidence de François Bozizé et avait été député, assumant notamment les charges de premier questeur à l’Assemblée nationale et de vice-président de la commission des finances./////////////.

Et il visait plus haut, mais sa candidature à l’élection présidentielle en 2015 avait été rejetée, provoquant barricades et échauffourées dans des quartiers de Bangui./////////////.

Son arrestation est intervenue quelques semaines seulement après la remise à la CPI d’Alfred Yekatom, alias Rambo./////////////.

Il y a presque deux ans, le 20 février 2019, la Chambre préliminaire II avait décidé de joindre les deux affaires.

Avec VOA

{CAPTION}
{CAPTION}

Aucun article à afficher