DECLARATION DU MINISTERE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, DE LA FRANCOPHONIE ET DES CENTRAFRICAINS DE LÉTRANGER SUR LES INCIDENTS SURVENUS DANS LES ENVIRONS DE LA RÉSIDENCE DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Publié le 3 novembre 2021 , 8:30
Mis à jour le: 3 novembre 2021 8:29

RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

 

armoirie de la République centrafricaine

DECLARATION DU MINISTERE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, DE LA FRANCOPHONIE ET DES CENTRAFRICAINS DE LÉTRANGER SUR LES INCIDENTS SURVENUS

 

Le Ministère des Affaires étrangères, de la Francophonie et des Centrafricains de l’Etranger voudrait par la présente déclaration rétablir les faits et couper cours à toutes les tentatives

d’instrumentalisation et/ou d’extrapolation de l’incident survenu le 1 Novembre 2021.

 

En effet, certains journaux, dont je tairais les noms, qui n’ont que pour seule source les récits des survivants présents ou non-présents sur le lieu des faits, spéculent sur les versions données par le Gouvernement, cela sur base d’interprétations d’images prises à bon escient.

Face à la gravité de l’indident, le Ministère des Affaires étrangères, de la Francophonie et des Centrafricains de l’étranger présente ses condoléances les plus attristées à la famille de la jeune victime d’un crime odieux au regard des circonstances des faits.

Le Ministère des Affaires Étrangères, de la Francophonie et des Centrafricains de l’Etranger voudrait rappeler l’importance dans de telle circonstance de faire preuve d’objectivité, de responsabilité et d’homogénéité de traitement des dossiers et évènements. Pour cela, il ne nous faut point faire fi d’éléments pour laisser à la mase l’opportunité de se faire sa propre opinion. Nous nous devons d’éviter les tensions inutiles, d’assister les blessés et surtout de soutenir la famille éplorée.

Pour rappel, le Ministère de l’ntérieur en charge de la Sécurité Publiquea récemment scrupuleusement fait un rappel d’interdiction de balades sportives ou autre, sous aucun prétexte aux alentours de la Résidence du Président de la République Centrafricaine. Ce rappel à l’ordre, qui faisait suite à une interpellation des forces de sécurité intérieure d’éléments de la MINUSCA dans les environs de la Résidence, ne peut souffrir du motif du nouvel arrivant en terre centrafricaine, notant qu’aucun Etat ne permet des balades touristiques, pour prise de photos, du domicile d’un Chef d’Etat.

 

L’erreur, en premier lieu déclinée, par le porte-parole de la MINUSCA aurait pu etre aceptée. Mais dès lors qu’il s’agissait d’un cortège de véhicules, arrivés pour les besoins de rotation du contingent de police égyptien, par quoi se justifie la sortie du cortège d’un des véhicules qui préférant se détourner des portes de sa caserne pour poursuivre son chemin jusqu’à 120 mètres du domicile du Président de la République, afin d’y prendre des photos, refuser d’obtempérer à l’interpellation des éléments de sécurité de la Résidence, prendre la fuite en heurtant dans sa redescente vers sa caserne la jeune Lumière Joie de Puissance, àgée de t6 ans, entrainant sur au moins 20 metres, le corps de la victime, obligeant les éléments de sécurité à réagir pour stopper le véhicule onusien qui s’est réfugié dans sa caserne, au demeurant caserne dont le chemina été retrouvé sans problème pour abri.

Sachant que:

-La caserne du contingent dont il est question se trouve à 550 mètres de

a Résidence, et les images des dégăts sur le véhicule onusien attestent d’impacts de projectiles sur l’arrière du véhicule, de fait un véhicule en position de descente.

La première barrière se trouvant à 250 mètres du domicile a été

franchie par le véhicule car ouverte en journée, sans essuyer de tirs, pour se retrouver à moins de 120 mêtres de la Résidence du Président.

II nous faut reconnaitre que cest bel et bien I’interpellation du fait de prises de photos qui a fait dégénérer la situation et causé le drame ultime, résultant en la perte d’une jeune centrafricaine dans la fleur de l’áge.

La simple acceptation d’obtempérer à l’interpellation des éléments de sécurité du domicile du Président de la République aurait évité, nul doute l’incident ayant causé la mort de Lumière Joie de Sagesse. Une mort soudaine attribuée à ce non-respect de la réglementation et textes érigés par la République Centrafricaine et au refus du rappel à l’ordre. Or dans l’application de tout mécanisme international de protection des civils et cela confomément à la Charte des Nations Unies et du droit international, il est inclut le principe indéniable du respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale.

A ce titre, le Ministère des Affaires Etrangères s’impose de lancer par ce communiqué:

Un rappel au respect de la mémoire de sa compatriote, fille, soeur,

cousine, amie, petite-fille, Lumiëre Joie de Puissance; Un rappel à la nécessité d’un point avec le Représentant Spécial du Secrétaire des Nations Unies, tel que sollicité auprès de son Directeur de Cabinet, en vue de lever toute équivoque sur cet incident qui survient à quelques jours de la fin du processus de renouvellement du mandat de la MINUSCA:

 

Une revue des obligations des deux parties dans l’Accord de siège qui lie le Gouvernement centrafricain et ‘Organisation des Nations Unies relatif au statut de la MINUSCA afin de lever toutes mauvaises interprétations.

3luie BAIDOTEMON Minite desAfftdiros Etrangères et des Centrafricains de l’Etranger

Aucun article à afficher