Crise en Centrafrique : Sassou N’Guesso, Touadera, Mahamat Deby et Lourenço haussent le ton

Publié le 17 septembre 2021 , 8:40
Mis à jour le: 17 septembre 2021 8:40

 

Denis Sassou N’Guesso de la République du Congo, Faustin Archange Touadera de la Centrafrique, Mahamat Idriss Deby du Tchad et l’Angolais Joao Lourenço s’engagent à poursuivre les consultations avec les chefs des groupes armés pour le retour de la paix en Centrafrique. Les quatre chefs d’Etat ont pris cet engagement, ce jeudi, lors du 3ème sommet extraordinaire de la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL), portant sur la persistance de la crise sécuritaire en Centrafrique.

Mini sommet de Luanda, en Angola sur la crise en Centrafrique
Mini sommet de Luanda, en Angola sur la crise en Centrafrique

 

Au cours de ce sommet, Denis Sassou N’Guesso, Faustin Archange Touadera, Mahamat Idriss Deby et Joao Lourenço ont passé en revue le rapport sur la mise en œuvre des décisions de leur 2ème mini-sommet. Ils ont également suivi la présentation de la feuille de route conjointe pour la paix en Centrafrique, dont le contenu n’a pas été dévoilé.

Pour Denis Sassou N’Guesso, président en exercice du Comité économique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), « il faut agir et accompagner le peuple de Centrafrique. Notre sous-région doit demeurer au cœur du processus de règlement de la crise centrafricaine ».

De son côté, le Président angolais Lourenço, cité par l’Agence Angola Press, juge « essentiel de profiter des avancées réalisées dans le domaine des négociations avec les forces politiques internes de l’opposition, la société civile et les leaders des groupes rebelles ». Un point de vue soutenu par le Président N’Guesso, qui espère « que tous les acteurs politiques et sociaux impliqués, regarderont, enfin, dans la même direction, en bannissant les rangs de divisions et des velléités identitaires des séparatistes ».

Ce sommet, réunissant les quatre chefs d’Etat, a connu la participation des représentants du Soudan, de la RDC, du Rwanda, du Cameroun et du président de la Commission de l’Union Africaine, Moussa Faki Mahamat. Cette équipe se chargera de la mise en œuvre de la feuille de route et la définition de son mécanisme de suivi. Par ailleurs, elle va poursuivre des consultations avec les chefs des groupes armés pour une renonciation totale à la violence ainsi que la déclaration d’un cessez-le-feu par le gouvernement centrafricain, dans les meilleurs délais.

 

Par Afrik.com

Aucun article à afficher