Côte d’Ivoire : Pascal Affi N’Guessan a été arrêté

Publié le 7 novembre 2020 , 10:50
Mis à jour le: 7 novembre 2020 10:50
Pascal Affi N’guessan, Député ivoirien interviewé par corbeaunews lors de son passage à Bangui.

 

Accusé de “complot contre l’Etat”, le porte-parole de l’opposition a été interpellé près de la frontière avec la Ghana.

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 07 novembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). L’étau du régime ivoirien se resserre autour de l’opposition qui refuse de reconnaître la victoire à l’élection présidentielle du président sortant Alassane Ouattara.

 

Pascal Affi N’Guessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI), a été arrêté. Après la perquisition de son domicile cette semaine, il aurait été interpellé dans la commune d’Akoupé, située au nord d’Abidjan et près de la frontière avec le Ghana.

“Nous avons appris la nouvelle de son arrestation. Nous avons fait le tour des commissariats et postes de police, il n’y est pas. Il est détenu dans un lieu tenu secret. C’est la déduction que nous faisons”, a affirmé un de ses avocats, Maître Félix Boble.

Le représentant du FPI en Allemagne fait le même constat : “Il a été arrêté avec d’autres collaborateurs et emmené dans un lieu gardé secret, nous n’avons aucune information sur son lieu de détention”, assure Alain Vonan, joint par la DW ce samedi après-midi (7.11).

Pour lui, “cette arrestation est un recul car la Côte d’Ivoire s’est engagée sur une voie démocratique. On nous montre à travers cette arrestation que l’opposition n’a plus de possibilités et que la liberté d’expression n’existe plus. Désormais, pour vire en Côte d’Ivoire, il faut être muselé.”

Accusé de “complot”

Pascal Affi N’Guessan, ancien premier Ministre de Laurent Gbagbo, était recherché par les autorités qui l’accusent, avec deux autres dirigeants de l’opposition, de “complot contre l’autorité de l’Etat”, mais aussi de “mouvement insurrectionnel” et de “terrorisme” pour avoir appelé à la désobéissance civile avant le scrutin du 31 octobre et annoncé vouloir installer un pouvoir parallèle avec un Conseil national de transition.

Les deux autres leaders de l’opposition à faire l’objet d’une enquête sont l’ancien ministre Abdallah Mabri Toikeusse, qui serait en fuite et activement recherché selon le procureur d’Abidjan, ainsi que Maurice Kakou Guikahué, numéro deux du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), qui est le principal parti d’opposition.

Le ministre de la Justice Sansan Kambile a indiqué avoir saisi la justice, “afin que soient traduits devant les tribunaux les auteurs et les complices de ces infractions”.

Par ailleurs, plusieurs leaders de l’opposition sont bloqués à leur domicile par les forces de l’ordre depuis mardi (3.11). Parmi eux, l’ancien président Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), et qui avait été proclamé président du Conseil national de transition. Plusieurs cadres du PDCI avaient été arrêtés puis relâchés cette semaine.

“Pour Alain Vonan du FPI, “il n’est pas beau à voir que lorsqu’il y a une crise en Côte d’Ivoire, la seule voie empruntée par le gouvernement en place est la répression.” Il appelle par ailleurs la communauté internationale à une réaction “sincère” et que “la pression soit exercée sur Alassane Ouattara pour que l’opposition ne soit pas menacée par des arrestations et par la prison.”

 

Par Marco Wolter, Avec  DW Français

Aucun article à afficher