Confusion à Bria à l’annonce de l’entrée des FACA.

Publié le 22 septembre 2019 , 5:50
Mis à jour le: 22 septembre 2019 5:50
Soldats FACA en patrouille à Bangassou. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.
Soldats FACA en patrouille à Bangassou. Crédit photo : Corbeaunews-Centrafrique.

 

 

Bria (CNC) – depuis plus d’une heure, des détonations d’armes de tous calibres se font entendre dans la ville de Bria à l’annonce de l’arrivée imminente des soldats FACA, a constaté sur place un journaliste de Corbeaunews-Centrafrique(CNC).

 

Selon nos informations, l’ordre de tirs serait venu du chef rebelle Abdoulaye Hissen, chef militaire du Front populaire pour la renaissance de Centrafrique (FPRC), paradoxalement membre influent du parti présidentiel « Cœurs unis ».

Cependant, les combattants rebelles du FPRC, après avoir reçu cet ordre de leur chef Abdoulaye Hissen, ont déclenché vers 21 heures locales des tirs en l’air pour manifester leur mécontentement à l’annonce de l’arrivée de la première vague des soldats FACA à Bria, chef-lieu de la préfecture de la Haute-Koto située à 595 kilomètres au centre nord de Bangui, capitale de la République centrafricaine.

 

D’après nos informations, la première vague des soldats FACA, qui vient de franchir la première barrière du FPRC à 18 kilomètres à l’entrée sud de Bria, et escortés militairement par des soldats portugais de la Minusca et des mercenaires russes de la garde présidentielle, est actuellement positionnée juste à l’entrée de la ville (moins de 5 kilomètres)  en attente de la décision de l’état-major des FACA avant de pénétrer dans la ville probablement vers 2 heures du matin.

 

La deuxième vague, qui se positionne actuellement à Ippy, à une soixantaine kilomètres de Bria, compte progresser cette nuit pour rejoindre leurs collègues de la première vague.

 

Par ailleurs, le mouvement de la jeunesse locale, sous pression des chefs du FPRC, a annoncé la tenue mardi d’une ville morte à Bria pour contester catégoriquement la présence des soldats FACA dans cette ville minière du Nord.

 

Selon une source proche de la Minusca contactée par CNC, le déploiement des FSI et FDS se ferait désormais par force. Et ce, sans ou avec accord des groupes armés qui occupent la ville.

 

Les soldats FACA, qui sont actuellement sous-équipés comparativement aux rebelles, sont présentement appuyés et galvanisés par les forces de la Minusca qui semblent décidées  à déployer sur toute l’étendue du territoire national l’autorité de l’ÉTAT longtemps bafouée par les rebelles.

 

En attendant, affaire à suivre…

 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher