Combats de Birao : Jean-Serge Bokassa exprime ses condoléances et sa compassion aux parents et proches des victimes.

Publié le 4 septembre 2019 , 8:12
Mis à jour le: 4 septembre 2019 8:12

 

MOUVEMENT KODRO TI MO KOZO SI

DIGNITÉ – RASSEMBLEMENT – PROGRÈS

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

Centrafricaines, centrafricains, chers compatriotes,

Encore une fois, il y a eu mort d’hommes, de femmes et d’enfants sur nos terres : la mort vient à nouveau de frapper la Nation Centrafricaine et cette fois-ci ce sont les localités de BIRAO, MINGALA et KEMBE qui viennent d’être endeuillées par des crimes imputables aux Groupes Armés pourtant signataires de l’accord de Khartoum. C’est une fois de trop !

Le « MOUVEMENT KODRO TI MO KOZO SI » par la voix de son coordonateur général, Monsieur Jean-Serge BOKASSA, exprime ses condoléances et sa compassion aux parents et aux proches des victimes et souhaite un prompt rétablissement à ceux qui ont été affectés et condamne avec la plus grande fermeté ces tueries qui continuent de détruire et déchirer les paisibles familles centrafricaines qui n’aspirent qu’à la paix véritable et au développement économique et social de la République Centrafricaine.

Combien de morts faudra-t-il dénombrer pour que le Président de la République Monsieur Faustin-Archange TOUADERA, le gouvernement Centrafricain et la communauté internationale reconnaissent qu’il est plus que temps de passer des vains discours et communiqués à la mise en oeuvre effective d’une politique d’action et de fermeté face aux ennemis du peuple centrafricain ?

Le « MKMKS » appelle ainsi à l’arrêt immédiat des violences et demande avec instance à toutes les parties prenantes de l’accord de Khartoum de prendre toutes leurs responsabilités pour que les vies humaines soient épargnées.

Par ailleurs, nous dénonçons aussi au travers de ce communiqué les limites manifestes de cet accord et l’évidence que le désarmement volontaire est une utopie d’une grave irresponsabilité politique.

Il est aussi de notre devoir de rappeler que la crise qui secoue la République centrafricaine porte en effet les germes de l’instabilité de la sous-région. En outre, nous demandons respectueusement et instamment aux différents Chefs d’États des pays qui la constituent de se mettre à pied d’oeuvre afin d’empêcher que cette crise dévastatrice s’enracine durablement. De ce fait, le MKMKS en appelle à des actions concrètes et concertées qui réuniront toutes les couches et catégories sociales de la Nation Centrafricaine et les pays de la sous-region, afin de trouver ensemble une alternative crédible à cet accord.

Fait à Paris, le 3 septembre 2019.

LE COORDONNATEUR GÉNÉRAL

Monsieur Jean-Serge BOKASSA

BP : 1001 Bangui (RCA) / Téléphone : (00 236) 72 45 29 70 / 75 63 49 14
Mail : jean-serge@jsbokassa.com / mouvement.kmks@gmail.com
Site : www.jsbokassa.com