Combat de Birao, quand le FPRC diabolise et menace des notables à Bria.

Publié le 30 septembre 2019 , 4:19
Mis à jour le: 30 septembre 2019 4:19
Une équipe de renfort du FPRC qui quitte Bria pour la sous-préfecture d'Ippy le 24 févrer 2019. Crdit photo Moise Banafio / CNC
Une équipe de renfort du FPRC qui quitte Bria pour la sous-préfecture d’Ippy le 24 févrer 2019. Crdit photo Moise Banafio / CNC

 

Bria (CNC) – Depuis samedi, à Bria, dans la Haute-Koto, le FPRC, qui vient de subir une lourde perte militaire sans précédent dans la préfecture de  la Vakaga face à son frère rival le MLCJ, ne cesse d’alimenter de folles rumeurs  tendant à discréditer la mission des quatre notables locaux ayant participé aux pourparlers de Birao la semaine dernière.

 

Messieurs Damane Zakaria, Dakia Gilbert,   Samory et Bobili, quatre notables respectés de la Haute-Koto, de retour à Bria le samedi dernier après avoir participé aux pourparlers organisés par le Gouvernement la semaine dernière à Birao, ont été surpris d’apprendre qu’ils avaient été arrêtés à leur arrivée à Birao avec trois caissettes de munitions d’armes, destinés aux combattants du MLCJ.

Ces rumeurs, selon nos informations, seraient alimentées par le FPRC dans le but de discréditer la mission des bons offices de ces quatre notables locaux, pourtant organisés par le gouvernement et conduits par le ministre des Transports Monsieur Arnaud Djoubay-Abazen, cousin de l’ancien président de transition Michel Djotodia.

Comme si cela ne suffisait pas, le FPRC soupçonne Monsieur Dakia Gilbert , de l’ethnie Ouadda, d’être le coordonnateur local du mouvement des libérateurs centrafricains pour la justice (MLCJ). Un poste fictif attribué par le FPRC à ce père de famille respectée serait dans le but de le cibler comme leur principal ennemi à abattre au cas où ?

Pour monsieur Damane Zakaria et monsieur Samory, tous deux de l’ethnie  Goula, le FPRC les considère comme des malfrats à la solde du MLCJ.

Entre temps, sur les réseaux sociaux, de fausses informations circulent que la délégation, conduite par le ministre des transports, avait été chassée de Birao par les groupes armés.

Or, d’après le correspondant de Corbeaunews-Centrafrique (CNC) à Birao, la délégation gouvernementale n’a aucun moment rencontré les représentants des groupes armés. Par contre, des pourparlers avaient été organisés avec la société civile locale, puis avec les déplacés internes qui, aux premiers jours, avaient rejeté l’offre de la délégation qui sont venus les rencontrer, disant que c’est tard, car ils ont déjà perdu beaucoup dans ces affrontements militaires entre le FPRC et le MLCJ.

Finalement, toutes les parties, sans les groupes armés, se sont entendus de regagner leurs domiciles respectifs avec l’appui de la Minusca et le soutien des ONG internationales, avec la distribution des abris de fortune en attendant la construction prochaine d’un logement à chaque nécessiteux.

 

Copyright2019CNC.

Aucun article à afficher