Clôture des activités du projet intitulé « Appui à l’intégration du secteur de l’exploitation artisanale dans l’APV en RCA »

Publié le 12 août 2019 , 5:39
Mis à jour le: 12 août 2019 5:41

seminaire du CRAD à Bangui

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Et si CRAD clôturait les activités du projet intitulé « Appui à l’intégration du secteur de l’exploitation artisanale dans l’APV en RCA » avec des résultats encourageants?

 

«La suite du processus de réformes du cadre juridique de l’exploitation artisanale devrait souffrir d’aucune difficulté », a déclaré le Chargé de mission au ministère des eaux et forêts, Mr Robert NAMSENE, lors de l’atelier de restitution du projet, dans la salle de conférence de l’ENAM à Bangui.

Pour mémoire, ce projet a été financé par la FAO à hauteur de 81 707 USD, et lancé officiellement en juillet 2018, dans le cadre du programme d’appui au processus de l’Accord de Partenariat Volontaire. L’objectif est de contribuer à une légalité adaptée pour l’exploitation artisanale du bois en RCA.

 

Les principales activités ont consisté à réaliser une étude des opportunités et contraintes légales de l’exploitation artisanale du bois en RCA, à élaborer un document de plaidoyer pour l’adoption de dispositions réglementaires encadrant le secteur de l’exploitation artisanale, à organiser un atelier de plaidoyer et de validation de l’étude, à réaliser une étude sur la structuration actuelle du secteur de l’exploitation artisanale, à organiser des réunions d’information et de sensibilisation des exploitants artisanaux sur la structuration du secteur de l’exploitation artisanale, à organiser des séances de formation à la structuration du secteur de l’exploitation artisanale et à l’accompagnement des exploitants artisanaux à leur structuration (individuel, local).

 

Les attentes du gouvernement en matière de la gestion forestière cadrent avec les objectifs du projet. L’exploitation artisanale du bois est certes règlementée par les textes nationaux, mais souffre de l’application de ces textes, à cause entre autre de la faible capacité d’intervention de l’administration forestière et de l’anarchie autour de cette activité.  L’exploitation artisanale illégale dans le sud-ouest pose un important défi pour la gestion durable des ressources forestières.

 

Ce projet a permis d’avoir des résultats suivants :

Pour l’amélioration du cadre réglementaire de l’exploitation artisanale :

  • 80% des propositions émises par le projet à l’administration forestière sont approuvées ;
  • les contraintes et les opportunités de l’exploitation artisanale en République centrafricaine sont documentées;
  • La structuration actuelle des exploitants artisanaux du bois est réalisées avec l’appui du projet ;
  • un cadre de d’échange avec le ministère sur les possibilités de renforcer le cadre juridique et institutionnel de l’exploitation artisanale en RCA est offert ;

Pour les capacités de structuration du secteur de l’exploitation artisanale :

  • 50% des participants aux réunions d’information et de sensibilisation convaincus de l’intérêt d’être en conformité avec la loi ;
  • 60% des participants aux réunions d’information et de sensibilisation convaincus de l’intérêt de faire partie d’une association locale: deux associations nationales des exploitants artisanaux du bois sont mises en place, dont une dans la Lobaye et l’autre dans l’Ombella-Mpoko ;
  • 70% des exploitants appuyés sont suffisamment aptes à gérer efficacement leur activité artisanale: dix exploitants ont reçu leurs cartes d’exploitants artisanaux (d’autres sont en cours de traitement) ;

Le principal défi est celui du renforcement du cadre juridique et institutionnel de l’exploitation artisanale du bois, y compris la foresterie communautaire.

 

Contacts: Yves Omon-Souangbi, Chef de Projet, 72 74 76 75