Centrafrique : Vivre à Bria, l’expérience émouvante d’un expatrié irlandais de la Minusca.

Publié le 26 décembre 2017 , 3:54
Mis à jour le: 26 décembre 2017 3:54

Centrafrique : Vivre à Bria, l’expérience émouvante  d’un expatrié irlandais de la Minusca.

 

 

Antonov russe à l’aéroport de bria.

 

Bangui, le 27 décembre 2017.

Par : CNC avec Castlebar News 

 

Décollage d’Antonov

 

Ayant passé quatre mois intéressants dans la capitale Bangui, je suis parti en mai pour occuper le poste de responsable régional de la sécurité, basé à Bria, la plus grande ville de la province de Haute Kotto.

Bria était une ville d’environ 35 000 personnes, la plupart des groupes ethniques vivent et s’entendent bien ensemble. Comme beaucoup de villes en RCA, Bria a vu plus que sa juste part de violence et la ville qui, il y a seulement un an et demi, était un symbole de la coexistence pacifique entre les groupes religieux et ethniques, est maintenant très divisée. C’est un mélange très complexe d’alliances, basé plus sur l’ethnicité que sur la religion et bien sûr l’accès à des ressources telles que les mines de diamants.

Les groupes principaux sont les Rounga et Sara (principalement musulmans, souvent d’origine arabe), les Goula (principalement musulmans), les Banda (principalement chrétiens) et les bergers semi-nomades, les Peuls et les PEULS (principalement musulmans). La ville, qui a une population d’environ 47 000 personnes, est actuellement contrôlée par différents groupes armés divisés en partie selon des lignes religieuses et ethniques.

La violence a éclaté DANS LA VILLE  à la fin de l’année 2016 lorsque lA milice ANTIBALAKA a attaqué les musulmans du groupe ethnique peuhl. Ils ont riposté et provoqué la première vague des déplacés dans des camps et de quartiers entiers ont été vidés de leurs habitants.

Les maisons désertes portent les traces des combats: des trous de balles, des murs noircis par le feu, des toits détruits. Environ 41 000 personnes – plus de 85% de la population de Bria ont fui leurs maisons à cause des combats.

La plupart ont trouvé refuge dans le site de déplacés du PK3 (en République Centrafricaine, les distances sont indiquées depuis le centre-ville, donc PK3 est la Pointe Kilomètre trois soit 3 kms du centre ville).

Camp des déplacés de Pk3 de Bria
Camp des déplacés de Pk3 de Bria

 

Ce camp a été aménagé pour accueillir 3 000 personnes après le conflit.

en novembre 2016. Il en abrite aujourd’hui 38 000 et la population augmente chaque jour. Ces personnes déplacées doivent se contenter d’abris de fortune construits à partir de poteaux et de morceaux de bâches en plastique récupérés dans des maisons pillées.

La petite forêt entourant le site a disparu en quelques jours à mesure que les arrivées tardives l’ont abattu pour les matériaux de construction. Ces personnes construisent leurs propres huttes de paille et, avec l’aide du HCR et d’autres organismes d’aide, sont relativement bien entretenues. Avec une ironie sombre, les habitants du camp ont surnommé le camp PK3 ” Ledger” après l’hôtel le plus grand et le plus cher de Bangui, la capitale de la RCA !!

L’artère principale du camp accueille un marché prospère composé de plus d’une centaine de petites échoppes qui vendent tout, des pièces de moto au crédit téléphonique en passant par les articles ménagers. Il y a même un petit stand qui diffuse des matchs de football sur un haut-parleur le soir, après avoir rechargé ses batteries pendant la journée avec un chargeur de batterie solaire.

Malheureusement, le principal groupe armé associé aux Banda dans le camp des déplacés est connu sous le nom d’anti Balaka, un nom qui implique que les membres de ce groupe ont une magie qui peut arrêter les balles (anti bal qui est le français pour balle et ak qui est l’abréviation d’un fusil d’assaut AK47, l’arme omniprésente de l’Afrique) Ils portent tous du Gris Gris qui sont des charmes attachés autour de leurs bras et de leur tête qui font partie de cette prétendue protection contre les balles.

 

Balaka camp déplacésbria pour article IMG_4011
Les Anti-Balaka dans le camp PK3 de Bria.

 

Ils croient fermement dans le pouvoir qu’ils reçoivent de ces charmes et montrent un grand manque de préoccupation pour leur propre sécurité lorsqu’ils s’engagent dans le combat. Ce groupe armé tente souvent de terroriser les personnes déplacées en leur donnant de l’argent pour acheter des armes et des munitions.

Ils kidnappent arbitrairement les gens et les amènent à une base dans la forêt où ils sont souvent torturés et tués.

Le nettoyage du vaste camp de personnes déplacées de ces personnes est une priorité permanente pour la force militaire ici à Bria. Mais ce ne sont pas seulement les déplacés qui sont la cible de ces anti Balaka, ils ont une haine particulière pour les Rounga et Sara qu’ils décrivent comme des Arabes ou des Tchadiens et prétendent vouloir libérer Bria de tous les étrangers, même si ces ethnies les groupes peuvent être à Bria pendant 3 ou 4 générations.

Certains des combats les plus acharnés auxquels j’ai assisté à Bria ont eu lieu entre les anti-Balaka et ces groupes principalement musulmans qui sont souvent collectivement appelés la Séléka. C’est le nom du groupe armé musulman qui a connu un soulèvement en 2012, au motif qu’il était ignoré, et qui s’est emparé de la capitale Bangui en 2013.

 

Cela a provoqué une intervention française, suivie d’une intervention de l’ONU et en 2014 un accord de paix a été signé où la Seleka et leurs ennemis, les anti Balaka ont tous deux accepté de désarmer.

Le désarmement n’a jamais été vraiment réalisé et bien que les Seleka se soient officiellement dissous, leurs successeurs sont toujours une puissante force militaire anti Balaka, ex Seleka.

La vie ici est occupée et chaque jour est un jour de travail pour que vous finissiez par oublier quel jour il est. Le seul changement est dimanche, où je me permets de sortir jusqu’à 09h00 (normalement 07h00) et puis c’est le retour au travail.

Une de mes tâches consiste à superviser le chargement et le déchargement des armes sur et en dehors de l’avion de la MINUSCA qui utilise la piste d’atterrissage. Nous utilisons une combinaison d’hélicoptères cargo, d’hélicoptères de combat, de LETT à deux hélices et, bien sûr, d’Antonov mentionnés plus haut.

Il ne serait pas inhabituel de voir un avion taxer vers la piste alors qu’un autre vient d’atterrir et qu’un troisième est en train d’être déchargé. Tout cela est coordonné avec les radios portatives Motorolla, ce qui est un exploit impressionnant par nos gars des opérations aériennes. Travailler dans et autour des avions en mouvement et des hélicoptères n’est pas pour les âmes sensibles, mais cela fait une journée intéressante au bureau.

 

rotation des troupes de la minusca Bria IMG_4021
rotation des troupes de la minusca Bria IMG_4021

 

Rotation de l’aéroport de Bria.

 

Un voyage à l’aéroport depuis le HQ peut durer de 20 à 40 minutes selon la difficulté en traversant le camp de personnes déplacées et bien sûr l’état des routes. Pendant la saison des pluies la seule route dans et à travers la ville est souvent impraticable en raison des inondations, tandis que pendant la saison sèche, les énormes cratères conduite très lente et encombrante.

 

 

L’une des difficultés du travail en République centrafricaine (RCA) est la langue.

La RCA est un pays francophone et tout le monde parle français ou le dialecte principal Sangho.

A Bria, ils parlent aussi Banda. Donc seul j’ai bossé assez rapidement mon accent  de français, mais j’essaie aussi d’apprendre le Sangho.

Ceci est encore compliqué par mes efforts pour enseigner les gars de la sécurité irlandaise !!

 

consolation d’être loin des amis et de la famille à cette période de l’année.

 

La plupart du personnel partira en congé cette semaine, donc les nombres dans le camp ici seront beaucoup plus bas, bien que je suis sûr que nous trouverons assez de personnes pour célébrer Noël d’une certaine manière.

Je voudrais profiter de cette occasion pour vous souhaiter à tous un très Joyeux Noël et une nouvelle année de paix en particulier aux gens de Castlebar, servant et travaillant dans des endroits lointains autour du globe. Restez en sécurité et profitez de ce que vous pouvez de la saison des fêtes.

 

Enfin, je voudrais me souvenir de ceux qui sont décédés, en particulier mes parents Paraic et Bernie qui seraient toujours intrigués de voir à quel endroit étrange et merveilleux leur fils se retrouverait pour Noël.

 

Corbeaunews remercie cet Officier irlandais pour cet excellent réportage de souvenir. COURAGE!!!!!!