Centrafrique : une scène macabre de vol de moto à Bria. 

Circulation dans une rue de Bria dans la Haute-Koto. Crédit photo : Moïse Banafio / CNC.

 

Bria (République centrafricaine) – Un jeune mototaximan de 21 ans a été égorgé et sa moto emportée  par un Peul au village Maloum.

  

La victime s’appelle Doris Assaïd, âgée de 21 ans et habitant la ville de Bria.  Il a été sauvagement assassiné par un combattant de l’UPC à l’entrée de la commune de Maloum située à 60 kilomètres de Bambari.

 

D’après le collectif des mototaximen de Bria, c’était au début de cette semaine que le jeune Doris, lors de son activité de taxi-moto, a été sollicité par un client pour le déposer à Maloum sur l’axe Bambari. Après discussion, le client explique qu’il va payer son transport une fois arrivé sur place à Maloum.

Acceptant de déposer le client chez lui, le jeune Doris ne doutait de rien de son client et quitte Bria en direction de Maloum.

Malheureusement en arrivant à 1 kilomètre de l’entrée du village, son client sort un long couteau à dent pour le poignarder à plusieurs reprises avant de l’égorger sur place.

Comme si cela ne suffisait pas, l’homme enterre sa victime dans un trou qu’il a creusé à la hâte au bord de la route avant d’emporter sa moto.

À Bria, l’absence de Doris se faisait sentir d’autant plus qu’il n’a même pas fait un signe de vie depuis 48 heures pour appeler ses parents. Aussitôt, une trentaine de ses collègues mototaximen de Bria se sont organisés pour chercher à le localiser à Maloum.

En arrivant à Maloum, une enquête rapide des collègues de Doris a permis de localiser très rapidement son client avec sa moto dont il s’apprêtait à changer la couleur.

Signalant l’affaire de la disparition de Doris à la brigade de l’UPC, le suspect est aussitôt arrêté par les rebelles qui l’ont sévèrement torturé avant d’avouer qu’il a lui-même assassiné Doris à 1 kilomètre de Maloum.

Conduisant les rebelles sur le lieu de son forfait, le corps de Doris a finalement été retrouvé et le suspect est toujours en détention dans les locaux de l’UPC à Maloum. Son sort va être scellé par le patron

de l’UPC Ali Darassa qui l’a pourtant fait un ordre de mission en 2017 pour lui permettre de circuler librement dans la région.

D’après le commandant de l’UPC à Maloum, le suspect pourrait être exécuté ou remis à la Minusca qui décidera de son sort.

 

 

Copyright2019CNC.