Centrafrique : une mère et sa fille violées par les soldats FACA à Ippy

Publié le 10 juillet 2021 , 2:05
Mis à jour le: 10 juillet 2021 4:55

 

Bangui, République centrafricaine, samedi, 10 juillet 2021, 07:58:39 ( Corbeaunews-Centrafrique ). Les abus sexuels commis par les mercenaires russes de la société Wagner et les soldats des forces armées centrafricaines (FACA) restent impunis. C’est encore un mystère pour les Centrafricains. C’est ce qui est arrivé ce vendredi 09 juillet à une mère d’une quarantaine d’années et sa fille de 17 ans au croisement Ippy sur l’axe Bambari. Elles ont toutes deux été violées. La fille devant sa mère, et la mère devant sa fille. Incroyable ! Les élèves sont devenus des maîtres, peuvent être plus que les maîtres  !

 

des faca à Bambari dans le véhicule et quelques uns à pieds
Des soldats FACA en patrouille à Bambari. Photo CNC

 

« Ma mère et moi nous étions devant, et mes cadettes de 8 et 11 ans sont derrière nous quand nous étions en route pour rentrer. Mais ils nous ont attrapées, jetées à terre, violées l’un après l’autre. Je voulais m’enfuir, mais ils étaient 2 sur moi, et 3 sur ma mère. J’étais terrifiée. Et après, ils nous ont abandonnés sur place, baignant dans mon sang… Mais avant de partir, ils m’ont donné un billet de 2000 francs CFA. Ils m’ont dit d’aller acheter des antibiotiques et me soigner. Ils m’ont dit qu’ils sont venus à Ippy pour nous protéger contre les bandits de l’UPC. In ne faut pas que je le dise à personne. Sinon, ils vont dire aux russes d’incarcérer mon père disant que c’est lui qui donne des informations aux rebelles… Et ils sont partis »,  raconte la victime de 17 ans violée avec sa mère ce vendredi 09 juillet à notre journaliste Moïse Banafio.

Selon notre journaliste Moïse Banafio qui a recueilli ce témoignage, le chemin des deux victimes a croisé avec celui des militaires de l’armée nationale juste à un kilomètre de la ville d’Ippy, ou il y’a un checkpoint des soldats Faca. Alors, les cinq Faca ont suivi leurs victimes quelques mètres plus loin pour les violer juste à quelques mètres de leurs checkpoint.

Pour l’heure, la fille et sa maman voudraient dénoncer aux agents de l’ONG, mais elles redoutent que leurs bourreaux reviennent leur faire du mal.

Depuis que les soldats FACA et les mercenaires russes de Wagner ont débuté leur offensive militaire contre les rebelles de la  CPC,  le nombre des cas de viol ainsi que de la violation des droits de l’homme augmente  d’une manière exponentielle dans le pays. Même les experts des nations unies ont aussi dénoncé, mais il semble qu’ils sont aussi impuissants devant les actes commis et protégés par les agents de l’État.

 

Copyright2021CNC

Aucun article à afficher