Centrafrique : Une enseignante froidement abattue à Bria.

Un individu, encore non identifié, a vandalisé, ce jeudi soir, la stèle des soldats Africains. Le Maire de Sarcelles a porté plainte.
CopyrightCNC

 

 Une enseignante froidement abattue à Bria.

 

Bangui (République centrafricaine) – Selon des informations recoupées sur place, les faits se sont produits dans la nuit du dimanche à lundi 9 décembre au quartier Kotto-ville, non loin de la base des mercenaires russes de la société Wagner, située au nord de la ville de Bria, chef-lieu de la préfecture de Haute-Koto.

 

Le corps de la victime, criblé des balles, a été retrouvé  le lendemain devant son domicile par des voisins qui ont aussitôt alerté les autorités locales. Son compagnon, qui aurait tenté clandestinement de quitté la ville, a été arrêté par la police de la Minusca ce lundi vers 14 heures. Pourquoi ?

D’après les premiers éléments d’informations recoupées sur place, tout a commencé par une dispute entre Solange et son copain, que nous appelons Michel, au sujet de leur unique motocyclette qu’ils avaient achetée quelques mois plutôt et utiliser comme moto taxi à Bria.

Michel, très en colère contre Solange qui s’est opposée à la vente de leur unique moto, ne parle plus depuis près de deux semaines avec elle. Mais subitement, dans la nuit du dimanche à lundi 9 décembre, vers 22 heures locales, deux hommes, armés des mitraillettes, se sont présentés devant le domicile du couple pour frapper à leur porte.

Solange, qui semblait connaître les deux invités, leur avait malheureusement ouvert la porte. C’est à ce moment que les deux présumés criminels auraient abattu Solange avec leur arme avant de tenter de s’emparer de la moto du couple.

Mais les assaillants, en voyant les mercenaires russes projeter des lumières partout, ont dû quitter précipitamment le lieu sans emporter avec eux leur butin.

Pendant ce temps, Michel, qui disait endormir lors de l’arrivée des assaillants, a été brièvement arrêté par les deux malfaiteurs présumés avant d’être relaxés.

Le corps de la victime, une enseignante de 27 ans, gisait encore au sol quand le préfet  et les forces de la Minusca arrivent sur le lieu du crime le lendemain matin pour constater les faits.

Tandis que Michel, après l’enterrement de Solange, cherchait discrètement à quitter la ville vers 14 heures, mais il a été aussitôt arrêté par la police de la Minusca.

En détention depuis quelques heures, Michel va bientôt être transféré à Bangui pour nécessité d’enquête.

Quant aux deux prétendus malfaiteurs, le doute persiste sur leur identité, mais les enquêtes sont en cours. Des rumeurs circulent dans la ville indexant les miliciens Anti-Balaka, tandis  que d’autres par des éléments rebelles de l’UPC qui seraient les auteurs présumés de ce crime.

Depuis quelques semaines, la ville de Bria sombre renouée avec des assassinats ciblés des civils. Le week-end dernier, un homme, en revenant de sa ferme, a été froidement abattu par des hommes en armes non loin de la ville de Bria.

Pour l’heure, la ville est terrorisée, les populations s’inquiètent de sortir en dehors de la ville, par peur d’être prises pour cible.

 

 

Bria, moise Banafio pour CNC

Copyright2019CNC.