CENTRAFRIQUE : UNE DICHOTOMIE DEVENUE PRESQUE RELATIVE ENTRE LA CLASSE POLITIQUE CENTRAFRICAINE

Publié le 19 novembre 2020 , 1:13
Mis à jour le: 19 novembre 2020 1:13
BELADE-HULUTE Séverin Narcisse
Monsieur BELADE-HULUTE Séverin Narcisse, auteur de l’article. Photo courtoisie

 

 

Bangui, République centrafricaine, jeudi, 19 novembre 2020 ( Corbeaunews-Centrafrique). Aujourd’hui, le centrafricain fait face à un phénomène qui se développe sur les réseaux sociaux, celui d’avoir une poussée grandissante des extrémistes radicaux qui s’expriment au nom de la société civile.

 

Personne ne semble ignorer que les acteurs qui font animer la vie politique d’un pays sont en général le pouvoir, l’opposition, le syndicat et la société civile, elle aussi.

Chaque acteur politique a son périmètre d’action et doit y rester pour jouer son rôle. Quand on commence à mettre la tête à la place des pieds pour marcher, on voit où cela peut nous entraîner. De plus, si on n’a pas ce minimum, on doit simplement oublier ou s’interdire de parler de la politique.

En absence de la culture politique, on contribue à faire sauter le verrou sur la dichotomie entre la société civile et l’opposition politique. Mais quand la société civile se juxtapose avec l’opposition politique, cela crée des confusions qui aboutissent à du désordre dans le pays.

ON NE PEUT PAS SE RÉCLAMER DE LA SOCIÉTÉ CIVILE ET JOUER LE RÔLE DE L’OPPOSITION OU DU POUVOIR. Soit on est l’un et un seulement, ou on n’est aucun des trois. Et il convient de signaler que ce n’est pas avec un OU inclusif qu’on doit faire son choix.

Et pour répondre à ceux qui se réclament de la société civile avec des paroles fortes uniquement dans les mots et faibles dans les actes, on se demande bien s’ils veulent réellement aider notre pays à voir le bout de la queue.

Nous déplorons aussi que ces gens aux mentalités douteuses, qui ne veulent jamais être absents des débats politiques, ne sont malheureusement jamais présents au cœur des débats qui touchent le poumon de notre pays. ET COMMENT VEUT-ON QUE LE PAYS AVANCE ? C’est problématique.

 

Texte écrit par BELADE-HULUTE Séverin Narcisse

Aucun article à afficher