Centrafrique : sejour à Bangui de Samir Jahjah, chef de mission du FMI.

Publié le 31 mai 2017 , 5:06
Mis à jour le: 1 juin 2017 3:28

Centrafrique : sejour à Bangui  de Samir Jahjah, chef de mission du FMI.

 

Samir Jahjah et Henri-Marie-Dondra

Bangui, le 1 juin 2017.

Par : Gisèle MOLOMA, CNC.

Dans un contexte difficile que traverse la Centrafrique avec le regain des violences dans l’arrière-pays, une mission du Fonds Monétaire International (FMI) conduite par monsieur Samir Jahjah, chef de division adjoint du département Afrique de cette institution, est à Bangui dans le cadre de la négociation sur la seconde phase du programme du gouvernement avec le FMI.

Si les groupes armés tentent volontairement avec leurs manœuvres obscures de freiner le retour à la normale dans le pays, certains membres du gouvernement, à l’instar du ministre des Finances monsieur Henri-Marie Dondra, n’attend pas que ces ennemis de la paix déposent les armes afin de se battre pour sortir le pays de cette ornière. Pour preuve, les négociations pour la seconde revue du programme ont débuté depuis quatre jours dans la capitale.

S’il est vrai que, depuis le début de l’année 2017, la Centrafrique n’a reçu aucune aide budgétaire de l’extérieur et que toutes les charges liées aux charges régaliennes de l’État à savoir, les salaires, pensions, bourses et autres sont totalement à la charge du Trésor public centrafricain, d’après l’affirmation du ministre Henri Marie DONDRA devant les députés de la nation la semaine dernière, des efforts se déploient par l’équipe du ministère des Finances sous sa houlette, en dépit de la situation sécuritaire chaotique du pays, pour renouer avec les bailleurs de fonds qui pourront financer des projets de développement afin de minimiser les effets négatifs de l’insécurité sur les objectifs macroéconomiques du pays.

Il y’a lieu de rappeler que les négociations pour la seconde revue du programme ont débuté depuis quatre jours plus tôt et que le séjour à Bangui de monsieur Samir Jahjah, chef de division adjoint du département Afrique de cette institution, bouclera ces journées de négociations avant le passage du pays devant le conseil d’administration du FMI prévu pour le mois de juillet prochain.

Il est donc nécessaire pour le gouvernement de fixer clairement les objectifs à atteindre avant la fin de l’année 2017 en termes des réformes nécessaires à la croissance économique de leur pays.

Copyright@CNC2017

 

 

Aucun article à afficher