Centrafrique : Sébastien Wenezoui fait le point sur les conditions qui ajournent l’audience entre Touadera et Bozizé

Le Président de la CCR et ministre Conseiller Spécial à la Présidence - Sébastien Wenezoui
Le Président de la CCR et ministre Conseiller Spécial à la Présidence – Sébastien Wenezoui. Créditi photo : Cyrille Jefferson Yapendé/CNC.

 

 

 

Bangui (République centrafricaine) – Le Président du parti la Cohésion Centrafricaine pour la Reconstruction(CCR) et ministre Conseiller Spécial à la Présidence, Sébastien Wenezoui, a indiqué dans un point de presse tenu ce week-end à Bangui que le Président Faustin Archange Touadera est enclin à recevoir Bozize mais c’est ce dernier qui fait la surenchère.

 

La rencontre entre Touadera et Bozize est tant attendue depuis quelques jours mais loin encore d’être une réalité en raison des préalables posés par la formation politique du KNK qui a formulé des exigences peu exagérées avant cette audience. C’est dans cette optique que le leader de la CCR, le ministre conseiller à la Présidence Sébastien Wenezoui, souhaite dissiper toute interprétation qui se fait aujourd’hui à propos de l’audience qui a eu lieu entre Touadera et Djotodjia alors que Bozizé par l’entremise de son bureau politique avait sollicité aussi un tête-à-tête  avec son ancien protégé.

« Le 10 janvier 2013 était la date de démission du président Michel Djotodia sous la pression de la CEEAC lors d’un sommet extraordinaire convoqué à Ndjamena (Tchad) et le 10 janvier 2020 est la date de son retour en Centrafrique, aussitôt reçu par le président de la République, Chef de l’Etat suite à une demande d’audience adressée par celui-ci au préalable. Certainement et surement il y aura de langues de bois qui diront pourquoi l’ancien président François Bozize qui était rentré depuis le 16 décembre 2019 et plus n’a pas été reçu par l’actuel président, le Pr Faustin Archange Touadera », s’interroge Sébastien Wenezoui.

En réalité, à en croire le Conseiller Spécial du Chef de l’Etat, Sébastien Wenezoui, un avis favorable été donné par le Professeur Faustin Archange Touadera pour rencontrer son ancien mentor en politique tout en précisant que le lieu de la rencontre sera bel et bien « le palais de la Renaissance ».

Là où le bât blesse, c’est la surenchère faite par le KNK avant l’audience. « Pour la sécurité de l’ancien Président François Bozizé, il a demandé qu’une section renforcée de trente (30) éléments des FACA lui soient attribués et qu’il se réserve le droit de désigner ainsi que de trois ou cinq éléments du contingent camerounais de la MINUSCA, et a choisi l’hémicycle de l’Assemblée nationale en présence des Ambassadeurs accrédités en Centrafrique, les organisations internationales et les leaders de la confession religieuse. Une déclaration sera faite par ce dernier après le retrait des invités qui en suivra d’un tête à tête entre les deux hommes », a lâché le Président de la CCR qui ajoute qu’une personnalité très proche de la Présidence est en train de jouer  le rôle intermédiaire afin que cette rencontre tant attendue ait lieu.

Pour le parti Kwa Na Kwa de l’ancien Président, François Bozizé à travers un de ses proches que Corbeau News a contacté a confirmé que l’ancien président a refusé de se rendre au palais de la Renaissance pour des raisons de sécurité. Cette même source digne de foi nous a clairement avoué que les informations fiables qu’ils ont à leur possession  attestent que le pouvoir de Bangui veut profiter de cette occasion pour mettre la main sur François Bozizé une fois au Palais.

« Le KNK souhaite que l’audience entre Bozizé et Touadera soit en présence de certains témoins comme les trois leaders de la confession religieuse, les Ambassadeurs accrédités en Centrafrique et les Présidents des Institutions Républicaines afin d’éviter l’étouffement du contenu de la déclaration solennelle de notre Champion », a glissé cette source qui va même en s’indignant, « pourquoi traiter Bozizé de cette manière, pourquoi cette persécution réservée à ce digne fils du pays ! Ou bien Touadera veut faire son mea culpa à Bozizé à huis-clos », a-t-il conclu.

Pour terminer, la Présidence de la République affirme qu’elle est disposée à poursuive le dialogue pour aplanir les conditions préalables fixées par le KNK et attend aussi dans la sérénité la suite réservée à la correspondance du 27 décembre 2019  par laquelle elle a notifié au Secrétaire général du KNK, l’Accord du Président de la République pour l’audience.

Jefferson Cyrille YAPENDE